[Shadow of the Demon Lord] Mémoires d'Hoel - Prologue

Vos parties elles déchirent ! N'en perdez pas la trace, faites profiter les malheureux absents.
Avatar de l’utilisateur
RipGeekLost
Messages : 249
Inscription : lun. sept. 24, 2018 10:33 am
Localisation : Là-bas, tout là-bas !

Re: [Shadow of the Demon Lord] Mémoires d'Hoel - Prologue

Message par RipGeekLost » dim. févr. 10, 2019 8:39 pm

Messieurs, n'oubliez pas le résumé pour ce vendredi
"Soudain, un lapin ! Faites-moi un jet de SAN."

Darkinator
Messages : 109
Inscription : dim. déc. 25, 2016 11:04 am

Re: [Shadow of the Demon Lord] Mémoires d'Hoel - Prologue

Message par Darkinator » mer. févr. 13, 2019 3:44 pm

Ayant fait le dernier je vous laisse voir entre vous zel et ritwan

Zellruhn
Messages : 782
Inscription : dim. déc. 25, 2016 8:41 pm
Localisation : Nice

Re: [Shadow of the Demon Lord] Mémoires d'Hoel - Prologue

Message par Zellruhn » ven. févr. 15, 2019 3:34 am

Allez je le fais même si c'était plus le tour de Ritwan :p Par contre y aura certainement des points à reprendre, ce n'est plus exactement tout frais dans ma tête.

Extrait des mémoires d’Hoël.

L’étude de la secte.

Avec Mist mon ami métamorphe nous avions infiltré la secte, lui sous forme d’un gobelin plein de passion pour sa nouvelle foi et moi … sous la forme d’un prêtre qui a renié publiquement son dieu pour une imposture … Mon Dieu pardonnez-moi, c’est pour mieux Vous servir.
Et il est hors de question d’avoir consentit à ces sacrifices pour rien, nous ferons le nécessaire pour mettre à bas cette secte et leur faux-dieu et toutes les inepties qui vont avec, foi d’Hoël !

Notre première entrevue avec la secte nous appris déjà bien des choses : la localisation de cette dernière, les accès et issues (ces dernières étant bien trop nombreux au passage, les coincer ne sera pas chose évidente), leur nombre approximatif (une douzaine d’adeptes étaient présent dans la chapelle en plus de le prêtresse, et il devait bien y avoir une autre douzaine en dehors), leur équipement : léger (pas d’armes apparentes, ni armures, simplement des toges et … une sorte de chaîne magique autour du bras ? Qu’est-ce donc que cela ?)
Leur grande prêtresse nous accueillit à bras ouvert, un peu trop d’ailleurs car elle fit un « cadeau » à « l’ancien » prêtre du nouveau dieu que je suis : un « don », elle implanta une de ces fameuses chaînes dans ma main droite. Elle me dit que ce don se développerait en même temps que ma nouvelle foi … bon, voyons le bon côté des choses, si c’est vrai cette chose devrait se tenir tranquille … mais il va quand même falloir l’étudier de prêt.

Nous en apprîmes également un peu plus sur leur idéologie et leurs objectifs. Pour faire court, ils ont pour projet de faire passer Tristan pour l’Enfant de Lumière. Celui-ci serait né le jour de la prophétie, aurait ressuscité un oiseau et manié une épée de feu entre autres choses … je ne suis pas expert dans l’histoire des enfants royaux de se pays, mais mon petit doigt me dit qu’il y a une certaine forme d’exagération ou d’arrangement avec la vérité là-dedans, nous serons vite fixés.
Dernière nouvelle troublante, la prêtresse prétendit s’appeler Beaumont et être la mère d’Angela … je ne sais pas si cette dernière sera ravie d’apprendre la nouvelle.

Fort de ces nouvelles, nous nous mîmes en direction de la surface, la prêtresse insistant pour que nous veillons à la sécurité de Tristan, et nous ressortîmes des égouts dans une ancienne cathédrale. Pour être exact, dans les ruines de la cathédrale du nouveau dieu, qui subit un violent attentat la réduisant à cet état de désolation. Là, un gobelin s’adressa à nous et nous interrogea quant à nos amis qui ont visiblement fini capturé par le roi gobelin. Nous lui expliquâmes que ces derniers, ainsi que nous même somme au service de Mélisande, et que lui et ses amis seraient bien avisés de ne pas risquer son courroux. Il n’était guère convaincu, mais suffisamment pour nous laisser partir contre une promesse de revenir avec un gage de notre allégeance. Misère, voilà qu’il faut négocier avec des gobelins maintenant …

De retour au château, je croisai d’abord Angela, à qui je demanda ce qu’elle savait du passé de Tristan (le jour de sa naissance colle avec la prophétie, mais par contre le reste n’est que pur arrangement avec la réalité et il n’y a rien de divin dans tout ça), puis m’enquit auprès d’elle au sujet de cette chaîne dans mon corps. Une malédiction visiblement, mais elle n’en sait guère plus … Ça reste une mauvaise nouvelle.
Et pour terminer, je lui ai parlé avec précaution des revendications généalogiques de la prêtresse. Angela semblait ne point y croire ou y accorder d’importance : elle n’a pas connu sa mère, cette dernière l’ayant abandonnée à sa naissance et n’a donc aucune véritable attache envers elle. J’espère que c’est vrai car on devrait bientôt s’occuper définitivement de cette prêtresse …

La direction suivante fut la tour de Mélisande, où nous y fîmes notre rapport. La partie concernant la secte fut la bonne nouvelle, même s’il faudra y retourner pour obtenir plus de renseignements, la partie sur notre rencontre avec les gobelins … hum comment dire ? Disons que cela à quelque peu irrité notre dame … qui nous remit un beau parchemin scellé à l’attention du roi gobelin.
Nous retrouvâmes donc nos « amis » gobelins à la cathédrale, qui devinrent blanc comme du papier à la vu du parchemin et nous primes la route la plus directe pour le camp des gobs.
Une fois sur place, ma plus grande surprise ne fut pas de voir mes camarades attachés et suspendus tête en bas tel des jambons, mais la présence d’orc dans le campement ! Plus surprenant encore, ces orcs ne semblaient pas être des machines à tuer sans cervelle, bon je n’irai pas jusqu’à dire qu’ils étaient accommodants … mais ils étaient doués de raison et en faisaient usage.

Une fois dans la tente, les présentations furent brèves : « bonjour très cher roi gobelin, nous avons un message pour vous de la part d’une amie commune » et une lettre hurlante plus tard, le traitant de divers noms d’oiseau, de mauvais père, de mauvais amant … nous terminâmes les explications quant à notre présence ici et repartîmes avec nos jambons, tête en haut et cordes en moins. Enfin sauf la biquette qui resta au camp car elle n’était pas en état, remplacé pour le coup par Niark, ce gobelin que l’on avait rencontré dans un monde des faes.
Direction à nouveau le culte de l’Enfant de Lumière, où nous allons tenter d’en apprendre un peu plus. Cette fois-là, après avoir introduit de nouveaux adeptes désireux d’embrasser la vraie foi, nous fîmes un petit test. Suspectant que la prêtresse pourrait être une fae, je fis rouler jusqu’à elle une sphère métallique que j’avais trouvé dans un monde féerique quelques temps auparavant. Ce qui se passa n’était pas prévu … on avait prévu qu’il ne se passe rien, qu’elle hurle au contact du fer ou que sais-je encore, mais pas que la sphère se mette à briller de mille-feux à son contact. Ça en ce qui me concerne c’est du jamais vu.
Le problème fut qu’elle vit la sphère et fut visiblement ravi de voir une telle quantité de métal étoile … elle fut aussi ravi par la « donation » qui complétera parfaitement l’équipement de l’Enfant de Lumière. D’ailleurs, son équipement lui aussi se mit à briller de mille-feux lorsqu’elle posa la sphère au milieu de ce dernier.

Avec une reconnaissance un peu plus détaillée et une volonté renouvelée de la prêtresse de nous voir veiller sur Tristan (visiblement elle redoute entre autres quelque action de Mélisande ou Gabriel), ce furent les principales nouvelles que nous obtinrent ici. Ah, ça plus un dessin des runes de protection du fameux équipement …

De retour à la surface, nouveau rapport auprès de Mélisande qui nous « affecta » au service de Tristan (comprendre : elle a menacé la mère de ce dernier afin qu’elle nous accepte à son service …).
Comme convenue, la mère de Tristan ne fut pas tout à fait enchantée de nous voir. Enfin, moi si, je suis un prêtre du nouveau dieu donc plutôt bien accueilli par ici, par contre la vu d’un nain, pire d’un changelin, pire d’un gobelin ! J’ai cru qu’elle allait nous faire une crise d’apoplexie …
Enfin, elle a mieux accepté le gobelin après que ce dernier ait fait des miracles de nettoyage de tapis (comme quoi …)
De mon côté, j’ai pleinement tiré profit de mon statut de prêtre pour envoyer à confesse les divers membres de cette famille.
Résultat des courses : la mère est pieuse, raciste, langue-de-vipère mais n’a pas les capacités intellectuelles pour ourdir un vaste complot. Bête mais plutôt innocente.

Le fils Tristan … c’est plutôt le bon petit fils en apparence, mais qui a ses vices (comme tout le monde ou presque) : amour du jeu, amour de l’alcool, amour … d’Angela … (une piste à creuser par ici) Ah, et il n’est pas très pieux.
La jeune Charlotte : la « bonne petite fille » par définition : pieuse, naïve, ingénue, d’une ignorance quasi-complète sur tout ce qui touche au sexe et la reproduction … (si si, à ce point-là, et la séance fut très compliqué devant tant d’ignorance et de naïveté).
Pendant son interrogatoire, euh pardon confessionnal, je fus interrompu par une dame de compagnie pas franchement charmante, aux manières laissant à désirées et peu respectueuse des prêtres. Mais malgré ces qualités, elle ne semblait ni idiote ni ignorante de certains sujets qui m’intéresse … il faudra qu’on ait une petite conversation tous les deux.

La nuit tombée, mes amis prirent Tristan en filature (Mist sous la forme d’Angela, au cas où), le suivirent pendant qu’il allait dépouiller au poker ses amis gardes de leur maigre solde et lui arrangèrent une petite rencontre avec Angela-Mist … La rencontre fut croustillante, il est raide dingue d’Angela, et Mist en a profité pour le rejeter bien sèchement, non pas sans l’avoir bien cuisiné avant. On n’en apprit pas grand-chose de plus si ce n’est qu’il n’a que faire de la religion en général, encore plus de ces histoires d’enfant de lumière.
De mon côté, j’alla faire un tour dans les quartiers où se trouvait cette dame de compagnie. Je dû attendre qu’elle ai fini de tatouer une autre dame de compagnie avant de pouvoir m’entretenir avec elle dans ses quartiers, non pas sans avoir changer de vêtements … elle considère son atelier comme son sanctuaire et n’y veut pas de symbole d’autre religion, surtout la mienne j’ai l’impression.
Le début de la conversation ne fut pas simple, mais on fini par attaquer sérieusement la discussion quand à cette malédiction dans mon bras (car oui, elle avait commencé à se propager, avec pour destination ma tête … chose fort contrariante car j’en ai encore besoin)
Elle ne pouvait pas en l’état me retirer cette malédiction, il faudrait pour cela qu’elle en sache plus sur cette dernière ou qu’elle ait sous la main la personne qui l’a lancé, mais à tout le moins elle connaissait un moyen de la contenir : un « tatouage » au niveau de l’épaule qui saurait empêcher la propagation au-delà de ce point … Arh … on va dire que c’est mieux que rien, même si l’idée de me faire tatouer par cette adoratrice des anciens dieux ne me réjouit pas franchement.

Enfin, avec un peu de chance demain on pourra mettre cette secte en coupe réglée, et mettre la main sur cette prêtresse afin qu’elle cesse toute cette folie. Prêtresse qui serait une sorte de Djinn d'après ma "nouvelle amie" ... Ça promet du sport.

Avatar de l’utilisateur
RipGeekLost
Messages : 249
Inscription : lun. sept. 24, 2018 10:33 am
Localisation : Là-bas, tout là-bas !

Re: [Shadow of the Demon Lord] Mémoires d'Hoel - Prologue

Message par RipGeekLost » ven. févr. 15, 2019 5:05 pm

Bon résumé, même si il va falloir corriger deux trois trucs que je vais donner :

Ce n'est pas la mère de Tristan mais sa femme Madeleine. Charlotte n'est pas la fille mais la belle-soeur, épouse de Lucien.

La dame de compagnie est celle d'Amar, l'épouse de Gabriel qui vient d'un autre pays. Cette dame de compagnie/prêtresse se nomme Salima.

Voilà, je vous ferais une rappel généalogique ce soir, sinon résumé validé.
"Soudain, un lapin ! Faites-moi un jet de SAN."

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité