[Campagne] Vampires : Requiem pour Rome

Vos parties elles déchirent ! N'en perdez pas la trace, faites profiter les malheureux absents.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Oloth
Messages : 1488
Inscription : dim. déc. 25, 2016 12:31 pm
Localisation : En train de courir après le temps
Contact :

[Campagne] Vampires : Requiem pour Rome

Message par Oloth » jeu. janv. 19, 2017 2:23 pm

Avec l'aimable autorisation de mon cher tueur de souris en masse Arabidopsis, voici quelques vestiges de notre campagne Vampires qui aura bien duré ! 8-) [mode GROS RELOU](Constantinople... Constantinople... Constantinople...)[/mode GROS RELOU]
Arabidopsis a écrit :
Bon sinon voici les infos promises pour commencer à cogiter les personnages ! La campagne commence en 320 après JC, les préludes seront jouer entre 1 et 5 ans avant cette date. Pour que je puisse faire un minimum de préparations, essayez de réfléchir à un concept de personnage humain, ainsi qu'à quel clan vampirique et quelle aile de la Camarilla vous voudriez intégrer. Voila les infos la-dessus :

Rome


Même du point de vue de son Histoire humaine, Rome et son empire ont été les vampires de toutes les civilisations méditerranéennes. Aussi bien sous la République que l’Empire, les Romains ont fait couler le sang, des leurs comme de tous les autres. Rome a conquis tous les territoires entourant la Méditerranée, des frontières de l’Ecosse au nord à l’Egypte au sud, portant le feu et le sang à tous les peuples, brisant les cultures et uniformisant, dévorant et dénaturant. De ses guerres sont revenus des esclaves, qui sont mort par centaine de milliers dans les arènes et sous leurs labeurs. L’agitation politique est incessante, rébellions, trahisons, coups d’états, exécutions de masse, sacrifices humains, génocides… Sous le marbre et l’or se trouve un monceau de cadavres.
A l’aube du quatrième siècle de l’ère du Christ, les empereurs romains se succèdent à un rythme endiablé, montant et chutant en quelques années. Les barbares Goths et l’Empire Perse menacent aux frontières, mais ce ne sont que les prochaines victimes sacrificielles destinées à abreuver Rome de leur sang.

La Camarilla


La Camarilla est la première et la plus splendide des organisations vampirique d’influence mondiale. Partout où l’influence de Rome s’étend de même fait le pouvoir de la Camarilla, englobant théoriquement tous les vampires du monde civilisé.
Fondée par les Julii en même temps que la ville, la Camarilla est l’assurance de la protection des vampires et l’organisation d’une loi sociale, contre le chaos et la barbarie. Garante des traditions et de la Mascarade, la Camarilla a fait la grandeur de Rome et malgré la décadence de l’Empire elle est toujours la marque de la justice.
L’organisation de la Camarilla repose sur ses quatre (ou cinq) ailes. Tout membre de la Camarilla appartient à une ou plusieurs ailes.


Le Senex – Aile des Anciens


Le Senat vampirique, c’est cet organe législatif qui dirige de fait la Camarilla. Tenant des débats endiablés entre ses membres, le Senex vote les lois et rend la justice : tout vampire de la Camarilla a le droit de plaider ou faire plaider sa cause devant le Senex.
Le Cercle intérieur du Senex est l’Invictus, un groupe de 7 vampires dont l’influence sur la Camarilla est sans égal. Quelques dizaines de vampires constituent le reste des membres du senex, dont les magistrats élus, représentant des autres ailes. De plus le Senex a également un nombre certain de bureaucrates, secrétaires et petites mains permettant la gestion administrative de la Camarilla.

La représentation des différents clans est déséquilibrée dans cette aile : formellement, le clan Julii domine le Senex, et aucun membre d’un autre clan, excepté les magistrats, ne peut être accepté dans l’aile sans le patronage d’un Julii. Les 7 membres de l’Invictus appartiennent d’ailleurs tous au clan Julii. Le Senex comprend également plusieurs membres des clans Daeva et Mekhet, sycophantes d’importants Julii, ainsi qu’un noyau dur d’Anciens Nosferatu. Le clan Gangrel est quasiment absent, seuls quelques magistrats de ce clan sont parvenus au Senex malgré le barrage organisé sciemment par les Julii.

Avantages : achète les atouts Refuge, Mentor, Ressources et Serviteurs à moitié prix.


La Legio Mortuum – Légion des Morts


Bras armé de la Camarilla et du Senex, la Legio Mortuum est sans conteste la principale raison expliquant pourquoi Rome n’est pas encore tombée. Forte d’une centaine de vampires et de dix fois ce nombre en goules et humains asservis, la Légion des Morts assurent la sécurité de la Necropolis et est parfois envoyé en appoint des légions humaines de Rome : c’est une force implacable qui assure l’influence de la Camarilla même aux confins de l’Empire, écrasant les vampires locaux, les meutes lupines et tout ce qui pourrait s’opposer à Rome.
Dans la Necropolis même, la Legio sert de service d’ordre, de garde du corps pour les membres éminents du Senex et d’enquêteurs en cas de crimes. Ses officiers supérieurs peuvent faire entendre leur voix au Senex et assurer la transmission des ordres.

Tous les clans sont représentés au sein de la Légion des Morts, bien qu’essentiellement composée de Gangrels et de Nosferatu, qui y trouvent un exutoire à leur besoin de violence. Les Julii encouragent leur nouveau-nés à servir quelques décennies en tant qu’officier de la Légion avant d’intégrer de plus hautes responsabilités, tandis que certains Daevas cherchent à exprimer leur recherche de perfection à travers les armes. Les Mekhets sont moins nombreux dans cette aile, mais leurs talents de discrétion et de perception sont très appréciés, et leur ouvre la voie pour des postes d’éclaireurs ou enquêteurs.

Avantages : achète les atouts Ressources, Styles de combats, Mentor et Serviteurs à moitié prix.


Le Culte des Augures – Aile des Prophètes


Organisation religieuse réunissant tous les cultes païens de la ville, le rôle du Culte des Augures est d’informer la Camarilla de la volonté des dieux et de prophétiser l’avenir. Malheureusement, dans les faits le Culte est coupé en deux, avec d’un côté les vrais croyants qui s’efforce vraiment de communiquer la volonté des dieux, et de l’autre les charlatans qui vendent des prophéties arrangées et politiques au Senex. De fait, ce sont les charlatans qui détiennent la plus grande influence dans l’aile, les honnêtes étant taxés d’alarmismes et consignés au ban du Culte. Cependant les membres du Culte ont accès à une magie du sang bien réel, qui permet même au charlatan le plus vil de se garantir le respect.

Le Culte des Augures est très hétérogènes, comprenant les adorateurs des divinités romaines, essentiellement Julii, les dieux grecs ou mésopotamiens des Daevas, les cultes égyptiens Mekhets et les divers paganismes Gangrels. Les Nosferatu sont peu présent parmi les Augures, leur pragmatisme les prédispose peu à la religion et lorsque cela survient ils sont plus enclin à s’orienter vers la Lancea et Sanctum que le paganisme.

Avantages : accès à la Veneficia


Le Collège des Pérégrins – Aile des Etrangers


Le Collège des Pérégrins est l’organisation qui regroupe tous les vampires de Rome qui ne font pas parti des organes directionnels. Les marchands, les trafiquants, les prostitués, les gladiateurs … D’une variété extrême, le Collège héberge tous les vampires étrangers et tous ceux qui n’ont pas trouvé une place dans les strates supérieures de la société.
Tous les clans sont représentés dans le Collège, bien que les Julii qui en sont membres sont les déchus et les moutons noirs qui ont été rejeté par le reste du clan ou qui ont fait le choix de jeter faste et apparat aux orties. Le nombre exact des membres de cette aile est très flou, étant donné que les étrangers allant et venant sont difficilement recensables, et personnes ne sait exactement combien de Nosferatu rampent dans les plus bas boyaux de la Necropolis, pas même eux.

Avantages : achète les atouts Alliés, Contacts, Refuge et Troupeau à moitié prix.


La Lancea et Sanctum – La Lance et la Chapelle


La non-reconnue cinquième aile de la Camarilla regroupe les adeptes de la religion du Christ selon les préceptes de Longinus. La Lancea et Sanctum est un mouvement qui oscille entre l’illégalité et la persécution armée à la tolérance méfiante, selon le vas et vient des débats au Senex. Cette aile ne fait pas parti de la structure traditionnelle de la Camarilla, et ne possède encore aucun pouvoir officiel.
N’importe qui peut choisir de se convertir et, de fait, faire partie de la Lancea et Sanctum. Selon les époques et les persécutions il ne faisait pas bon de se déclarer partisans de la religion chrétienne, si bien que leur nombre réel et l’étendue de leur influence reste inconnu. Ils sont cependant bien plus représentés dans les basses strates du Collège des Pérégrins que parmi la caste sénatoriale.
Les membres de tous les clans sont susceptibles de se convertir, bien que cela reste rare parmi les Julii, qui se considèrent eux-mêmes que des descendants des dieux de Rome.

Avantages : accès à la Sorcellerie Thébaine


Les Clans à Rome



Julii


Clan fondateur de la Camarilla, leur histoire est indissociable de celle de Rome et remonte à ses origines mythiques : lorsque Romulus et Remus, les fils de Mars, combattirent pour savoir qui fonderait la cité. Romulus gagna le duel, et alors qu’il redescendait vers la ville en devenir, il abandonna Remus agonisant contre une pierre. Alors que la vie s’échappait de lui, un esprit de mort, un Strix, émergea de l’ombre de la pierre et proposa un pacte à Remus : l’immortalité en échange de la servitude. Remus accepta, et alors que Romulus fondait Rome son frère fondait dans l’ombre la Camarilla et le clan Julii, via son premier infant Julius Senex.
Puis la Camarilla prospéra, mais les vampires étaient écrasés par leur servitude vis-à-vis des Striges. Ils se rebellèrent et affrontèrent leurs anciens maîtres ainsi qu’un autre clan de vampire qui leur était affilié. Remus et les Julii gagnèrent, renvoyèrent les Striges dans les ombres et effacèrent le Clan Sans Nom de l’Histoire. Fatigué, Remus entra en torpeur, laissant Julius Senex dirigé la Camarilla. Puis quand lui-même fut fatigué et qu’il s’endormit, l’assemblée des Anciens pris son nom, le Senex, et dirigea en attendant son réveil.
Aujourd’hui encore le Senex et les Julii dirigent la Camarilla, ils en sont la pierre fondatrice et tous les autres clans n’y sont, stricto sensu, que des invités. Jouer un Julii c’est jouer un leader, c’est posséder richesse et pouvoir au cœur de la glorieuse décadence romaine.

Attribut privilégié : Presence ou Résolution

Disciplines : Animalisme, Domination, Résilience


Daeva


Clan originaire d’Asie Mineure, les Daevas furent les dieux de Babylone et de Mésopotamie, ils ont vu l’apogée et la déchéance de l’Empire Perse, assistèrent aux incendies qui ravagèrent la ville de Troie, furent les muses des citées Grecs et les témoins de leurs déchéances. Les Daevas dansent au rythme de la décadence, et aujourd’hui ils sont à Rome.
Les Daeva sont l’incarnation de l’hédonisme et de la passion. Quelle que soit leur vice ou leur aspiration ils le vivront pleinement. D’orgie en célébration, de sacrifice rituel en messe, de la luxure aux flagellations, quel que soit le style de requiem qu’un Daeva choisit il traversera les nuits en en tirant la quintessence.
Requin politique hantant les ombres du Senex, flamboyant gladiateur enflammant les arènes nocturnes ou fervent dévots haranguant la foule, tout cela est le clan Daeva. Dans les nuits de Rome, les Daeva ne sont second qu’après les Julii, même si c’est principalement par qu’il est plus simple de jouir des privilèges sans en subir la charge en restant éminence grise.

Attribut privilégié : Dextérité ou Manipulation

Disciplines : Célérité, Majesté, Puissance


Nosferatu


Les Vers de la Necropolis rampent dans les galeries sous les Septs Collines de Rome depuis des temps immémoriaux, avant même les Julii. Quand Remus voulu prendre possession des ombres de la Cité, les Nosferatus étaient déjà là, et, pour certaines raisons, plièrent le genou devant lui. Si les Julii sont l’âme de Rome, les Nosferatus sont la terre et le lisier sur laquelle la ville a poussé. C’est eux qui ont creusé les tunnels de la Necropolis, c’est eux qui ont combattu aux premières heures pour assister leurs maîtres Julii et c’est eux qui, aujourd’hui, même si peu en ont conscience, possèdent en tant que clan uni la plus grande puissance de Rome. Les Vers sont partout, les Vers savent tout, ils connaissent les passages et les rumeurs, savent où les cadavres disparaissent et qui les fait disparaître. Ils sont également les vampires les plus nombreux, même si essentiellement présent dans le Collège des Pérégrins : nul à part le clan Nosferatus ne sait jusqu’où descendent les tunnels sous terre, et nul ne sait combien de Nosferatu creusent encore là-dessous. Les Anciens Nosferatus parlent rarement devant le Senex, mais quand ils se manifestent enfin tout le monde, même les Julii, écoutent.

Attribut privilégié : Force ou Calme

Disciplines : Puissance, Cauchemar, Dissimulation


Mekhet


Originaire des bords du Nil, le clan Mekhet hante les ombres des temples d’Egypte depuis des millénaires. Le clan fut aux cotés des pharaons et des prêtres, manipulant les empires et les dynasties selon leur bon vouloir. Les Mekhets furent inviter à Rome par curiosité, pour suivre la mode humaine : lorsque Julius Augustus César conquis l’Egypte et épousa Cléopâtre, tout ce qui était égyptien fit fureur à Rome. Les objets, les décorations, le maquillage, les cultes … Et lorsque la mode atteint les vampires les Julii s’arrachèrent les conseillers et devins du clan Mekhets, intégrant les divinités égyptiennes aux panthéons païens du Culte des Augures.
Depuis, les Mekhets se sont parfaitement intégrés à la cité de Rome, cela s’est fait vite, très vite, presque trop vite. Certains pensent et chuchotent dans les ombres que le clan avait des vues sur la ville depuis bien avant l’invitation qu’ils reçurent, mais leur aide est bien trop précieuse pour que leur présence soit contestée. Conseillés spéciaux auprès du Senex, devins du Culte des Augures, enquêteurs de la Legio Mortuum ou simple trafiquant du Collège des Pérégrins, les Mekhets font indéniablement et durablement parti du paysage romain.

Attribut privilégié : Astuce ou Intelligence

Disciplines : Auspex, Célérité, Dissimulation

Gangrel


Issu des contrées du Nord, les vampires du clan Gangrel rencontrèrent la puissance de Rome par le biais de ses Légions. Alors que les légions romaines conquéraient les tribus humaines, la Legio Mortuum aplanissaient les problèmes non-humains. Leurs terrains de chasses et leur bétail cédant face aux romains, les Gangrels suivirent les armées pour se repaître sur les champs de batailles. Et quand les légions rentrèrent à Rome, de même suivirent les Gangrels. En arrivant devant la Ville, les barbares qu’étaient le clan révèrent de la conquérir, mais c’est Rome qui les conquis.
Même si les Gangrels sont les étrangers qui mettent le plus de temps à s’adapter à la Camarilla, ils finissent par étonnement bien rentrer dans le moule. Leur force brute et leur loyauté franche font merveille dans la Legio Mortuum, et les Julii ont très vite compris quels intérêts ils avaient à entretenir leur propre meute sanguinaire, sans compter le délice de les voir combattre dans l’arène. Cependant la mixité a des limites, et les Julii ont tout fait pour barrer aux Gangrels tout accès au Senex, ce qui n’empêche pas le clan de prospérer dans les autres ailes et d’être devenu le clan prédominant de la Legio Mortuum.

Attribut privilégié : Calme ou Vigueur

Disciplines : Animalisme, Métamorphose, Résilience

Ventrue


A l’époque romaine le clan Ventrue n’existe pas encore, son origine étant sujette à controverse même à l’époque moderne : descendants des troyens qui se cachèrent après la guerre, descendants du clan Julii lui-même ou lignée du clan Gangrel ayant pris de l’importance, quel que soit leur véritable origine ils ne sont pas présents à Rome.
Je suis pur, il est innocent !

Hydrargyre - Insectopia - Chiaroscuro - Crimes

Avatar de l’utilisateur
Oloth
Messages : 1488
Inscription : dim. déc. 25, 2016 12:31 pm
Localisation : En train de courir après le temps
Contact :

Re: [Campagne] Vampires : Requiem pour Rome

Message par Oloth » jeu. janv. 19, 2017 2:24 pm

Arabidopsis a écrit : Je déterre un peu le sujet de préparation pour partager avec mes joueurs quelques petites choses trouvées sur le net ^^ en fait en regardant un peu ce que d'autres mj avaient fait de la campagne j'en ai trouvé un qui avaient écris des petites nouvelles sur les PNJ importants pour rendre accessible certains éléments du bg aux joueurs. Vu que certaines comportent des spoilers sur des évènements non encore joués je les posterais plus tard.

Après rappelez-vous que ça n'a pas été écrit par moi et que ce n'est pas officiel, donc tout n'est pas véridique dans ma campagne, mais ça représente bien les PNJ concernés en définitive.
Les feux de Nero ne m'ont pas emportée - Souvenirs de Tertia Julia Comitor


J'ai toujours aimé les fêtes.
Je suis devenue... ainsi... durant la chute de la Republique.
Mais j'étais tellement occupée à préparer une de mes premieres grandes fêtes pour les Propinqui que
je n'ai même pas remarqué le changement.

Et puis il y a eu Nero.

Dire que certains d'entre nous... Africana et sa coterie... ils ont été lui dire que nous étions là. Sous
Rome. Et que nous demandions certaines choses. Les fous !
Il était tellement fort. Pour un mortel, je veux dire. Il n'a pas eu peur. Quelque chose n'a pas
fonctionné. J'avais pourtant tenté de les retenir. Mais non.
Nero était béni des dieux, sans doute.

Il a mis dehors tout seul cinq Propinqui. Cinq.

La nuit suivante, la ville entière était en flammes.

Une simple coincidence, bien sûr.


J'ai survécu par pur hasard.
Tellement de Propinqui de cette époque ont disparu cette nuit là... Seul les Vers ont trouvé des
cachettes à temps.

Les Bains de Caracalla m'ont sauvée. Je me suis immergée dans l'eau durant des semaines, tout près
des aqueducs souterrains.

Lorsque j'en suis sorti, j'étais très affaiblie.
Je me suis endormie.

Lorsque je me suis réveillé des années plus tard, j'ai pris conscience de l'importance du Senex et de
ses décisions.
J'ai recommencé mes soirées, mais le Senex fut mon premier objectif. Corbulo avait depuis prit de
l'avance et copié honteusement mes idées. Je ne le connaissais pas avant le feu de Nero. Il a dû
arriver durant ma torpeur. Il est monté très vite. Oh, il n'était pas si gros, avant. L'immortalité a fait
de lui un monstre. On dirait un Ver.


Ma prochaine soirée ? Très bientôt. Je prépare déjà le grand événement : la célébration de la
prophétie de Maximus, un grand Vaticinator du Culte, il a en effet prédit que la Camarilla
durerait deux mille ans !

Je la fête tous les dix ans !
Par dessus les champs de cadavres : fragments du Corbeau de Guerre

J'avais été un soldat médiocre autrefois. En Gaule. Je ne connaissais pas Rome. On m'a engagé
lorsque j'avais 12 ans - j'étais déjà très fort pour un gamin.
La sorcière me prédisait un brillant avenir - je crois surtout qu'on l'avait payée pour me dire
ces choses.
Il y avait un recruteur, un Romain, au front bas et inquiétant qui était venu plusieurs fois dans la
région.
Personne n'avait projeté de se battre. Les Romains étaient trop nombreux et trop bien organisés pour
les petits villages que nous étions.

Un an après sa venue, je m'étais engagé.
Deux ans après ma formation de Légionnaire, mon village natal se rebellait. Nous l'avons écrasé.
J'ai tué mes propres parents et mes frères. J'avais changé de camp. J'avais trouvé une vraie famille,
pas des bouseux complaisants.
Des valeurs. De l'ordre. un avenir réellement brillant, à la hauteur de ma détermination.

Et puis il y a eu les Pictes en Bretagne. Le Mur d'Hadrien.
Des yeux féroces, des tatouages. Des animaux hurlants.

J'y suis resté.

Lorsque je me suis réveillé, j'étais sous un tas de cadavres. Pictes, bien sur. J'ai mis du temps à
m'apercevoir de mon état. J'étais mort.
Incroyable. Je ne respirais plus.
Des vers grouillaient tout autour de moi.
Cette vision ne me quittera jamais. Cette nuit là, je suis devenu immortel. Cette nuit là, la chose
déformée qui m'avait maudit me demanda de la suivre et de l'écouter attentivement.

Ce que je fis.
Ma légion n'était pas loin, elle se reposait après la bataille, la victoire. Oh, ils croyaient que j'étais
mort...

Durant cent années j'ai arpenté le monde Romain aux côtés de mon Sire, et personne ne pouvait
nous voir, même en passant à côté de nous.

J'ai vu des abîmes souterrains que nul n'a jamais vu.
Je vois encore les fantômes de quelques Pictes massacrés sous ma main.


Je sais que Victrix le sait. Elle ne m'en veux pas. Tout comme moi, elle a changé de camp depuis
longtemps. Mais je n'ai jamais douté de sa fidélité. Corbulo l'a assez mise a l'épreuve.

Je suis devenu riche en volant les morts et en tuant les vivants. J'ai la force de dix hommes. Bijoux,
bagues, or...
Je possède même la bague que Caesar a perdu en Gaule.

Un millier de batailles, vivant ou mort. Voilà ce que j'ai enduré. Puis je suis finalement allé au
centre du monde : Rome elle même.
La Legio m'a accueilli a bras ouverts. En quelques dizaines d'années, je suis devenu leur leader.

Je me fous de ce que raconte le Culte des Augures. Des vieillards qui ressemblent trop à la sorcière folle de mes premières années.
Je me fous des dieux. Il n'y a que la force et la brutalité. Il n'y a que l'ordre et ceux qui le font
régner.

Pour la Camarilla,
Pour la Legio Mortuum

Helvidius Bassianus, Corvus Belli
Le dernier repas de Julia Sabina.

Souvenirs écrits par la main de Julia Sabina.
Avant que les invités soient là, les esclaves annoncèrent la venue de deux personnes.
Ni moi ni mon mari ne les connaissaient.
Macellarius Corbulo et Caïus Julius Cunctator.
Mon mari se leva pour les questionner ; mais avant qu'il est pu prononcer un mot, le plus gros des deux, assez répugnant
au premier abord, parla d'une voix forte - son ton nous imposa le silence et nos esclaves reculèrent d'effroi.
"Allons, Eutherius, viens donc m'embrasser ! Nous sommes les bienvenus à ta table, n'est-ce pas ?
Tu ne me reconnais pas ? Oh, mais moi je te connais. Nous sommes de vieux amis."
Sans trop savoir comment, nous nous retrouvâmes sur les coussins, à manger goulûment les plats.
Les deux "invités" ne mangèrent rien.
Mon mari fut outré par l'impolitesse de ce Corbulo et de son ami.
Ils prirent les places de nos futurs invités, des amis venus de Mediolanum - nous devions parler de Constantin et de
Maxence et des conséquences de leur bataille. Ils allaient bientôt arriver. Qu'allions-nous leur dire ?
Corbulo dit soudain :
"Maintenant que vous avez bien mangé, nous allons faire de même. Vous savez, nos coutumes sont un peu différentes,
bien que nous prions les mêmes dieux".
Et l'homme gras se jeta sur mon mari de tout son poids, renversa vin et viande.
Horrifiée, paralysée (les esclaves urinaient sur place), je regardais Corbulo boire le sang de mon tendre Eutherius.
Je m'évanouissais.
Je me réveillais. J'étais encore dans ma domus.
Mais les esclaves gisaient au sol, couverts de blessures. Des morceaux d'eux manquaient, comme si on les avaient
mangé.
Ces souvenirs sont insupportables. Ils me hantent encore.
Le jardin, les statues, tout était couvert de sang.
Pire encore : à côté du cadavre de mon mari gisait nos trois invités de Mediolanum, eux aussi dans un épouvantable
état !
Un autre les avaient rejoint. Un autre qui, à côté de la figure horrible, monstrueuse de ce Corbulo et de son ami,
semblait apaisant.
Le seul qui semblait se soucier de moi. Il semblait en colère contre eux alors que je ne parvenais pas à bouger le
moindre petit doigt, alors que je bavais contre les mosaïques.
Il m'a emmenée dans la mort.
Et j'en suis revenue, hurlante, pleurant des larmes de sang, dans une petite salle sombre où le ciel n'existait pas.
Je n'ai jamais pardonné à Corbulo. Il a demandé à mon Sire de me faire boire mes premières gorgées sur mon défunt
mari. Je ne voulais pas mais... ma faim... m'y a poussé. Cette même chose qui avait jeté Corbulo contre mon mari.
J'étais là, comme une bête sauvage, en train de désacraliser celui que j'avais tant aimé, dans les entrailles de la terre.
Aujourd'hui je comprends. Je ne leur en veux pas. C'était le pire de notre Camarilla. Romulus a peut être abattu son
propre frère, Remus, il a aussi fondé un grand Empire. Notre Camarilla peut aussi apporter la paix et l'entente parmi les
Propinqui.
Nous sommes tous capables du pire comme du meilleur, même Corbulo.
Du moins je l'espère.
Au nom de Cybèle - Les souvenirs imparfaits de Flaviana Galla

Cybèle m'a toujours protégée.
J'étais un homme, un mortel, autrefois. Je m'en souviens. Une des rares choses dont je me
souvienne.
La torpeur m'a tant pris. Des parties de ma vie. Lorsque j'ai accepté l'immortalité... personne ne
m'avait parlé de l'Oubli. De la Brume de l'Eternité.
Notre âme maudite s'en va dans l'Outremonde, où elle côtoie les dieux de la mort, puis revient dans
notre corps - et entre temps, l'Outremonde a dévoré notre mémoire - nos bons moments, nos doutes
et ceux que nous avons aimé lorsque nous étions mortels.
Mes fidèles passent en tenant leurs encens, leurs offrandes, toujours selon le même rituel.
Une humaine est sacrifiée à la Mère Noire.
Puis un bouc.
Les mêmes imprécations, les mêmes chants. Depuis des années. Pour le Senex, pour les fêtes de
Comitor.
J'y crois. Je crois en Cybèle. En nos dieux colériques.
Lorsque j'ai rejoint le culte, autrefois loin de Rome, Flavianus était l'homme le plus beau et le plus
divin qui m'est été donné de voir.
J'étais l'une des novices du groupe ; nous étions de fidèles adorateurs. Nous donnions notre sang en
sacrifice.
Puis il m'a révélé ce que les dieux avaient changé en lui. Un Don des Ténèbres. Un Don de
l'immortalité.
Je l'ai suivi, j'ai bu son sang et lui du mien, au milieu des adorateurs en train de forniquer pour
rendre hommage à la Déesse.
Ce fut si délicieux.
Puis tout est flou. Je me suis castré. Je suis devenu une femme. Cybèle a ses règles.
La Brume de l'Eternité m'a brisé. Je voudrais tant me souvenir de mes parents, ou simplement de la
chaleur du Soleil.
Je ne me rappelle plus la senteur de l'herbe verte le long des côtes.
Pourtant... je crois pouvoir dire que j'ai joué sur une plage lorsque j'étais gamin.
Seule Cybèle me permet de ne pas flancher, d'être forte. De bénir les Propinqui, si peureux et si
prétentieux à la fois.
Je sais que je suis dans un nid de vipères.
Au lieu de profiter de l'immortalité pour apaiser leurs âmes, ils préfèrent jeter leurs amis dans les
abysses à la première occasion.
J'ai passé des années dans le Gouffre. Rares sont ceux à avoir contemplé l'abîme secret de la
Necropolis.
Le Senex voudrait tellement en interdire l'accès. A tord.
Je m'y rends souvent, seule, les nuits où je peux déléguer les rites à quelque Vaticinator zélé.
Le Gouffre me rappelle...Je me souviens...
D'avoir aidé Flavianus a voyager jusqu'à Rome.
De l'avoir sacrifié aux dieux. Il m'avait menti. Il ne croyait en rien. La Bête le consummait.
Je l'ai donc brulé et castré. Ces cendres furent dispersées au Panthéon.
Je me souviens... de Zagreus. Lui... il se souvenait de tout. Il m'a dit que Zeus l'avalé puis regurgité.
Et que depuis sa mémoire, même durant ses longs sommeils, n'a jamais bougé d'un pouce. Il se
souvient de tout, depuis Athènes, depuis... J'ai tenté de savoir pourquoi, pourquoi lui et pas nous, et
pas moi.
Je ne me souviens plus de sa réponse.
Il y a eu aussi une femme entourée de corbeaux, comme dans un cyclone, avec des griffes effilées à
la place des mains.
Je me souviens... de la Vieille Sorcière... la Reine Noire de Minos... à Knossos. Sous Knossos. Il y
avait une Necropolis, un vrai labyrinthe... là bas aussi. Je crois qu'elle a disparu sous les flots.
Elle essaie de me dire quelque chose. Je ne sais plus.
Comme du sable qui vous glisse des mains. Vous avez les réponses, quelque part, mais cette
immortalité, cette MALEDICTION, les réduit en sable.
J'ai aujourd'hui une centaine d'adorateurs entre mes mains. Je les respècte du moment qu'ils croient
vraiment, qu'ils ne sont pas des profiteurs comme tous ces Vaticinators assoiffés d'or du Culte des
Augures.
Un jour, je partirai, ou je les châtirai tous.
Mon beau Eupraxus... mon infant... il essaie de suivre le chemin que j'ai tracé mais... sa haine
envers les Chrétiens le pousse dans les ténèbres.
Je sais d'où vient sa haine. Je lui est transmise.
Nous, Propinqui, avons un don pour transmettre la haine et le venin qui infecte nos coeurs.
Ces gens de la Lancea... ils clament que Longinus a parlé à leur Dieu... Je sais que je l'ai vu à Rome,
il était là, il a parlé à un de mes Vaticinators, puis il est reparti bouleversé avant de parler de toutes
ces bêtises.
Ils racontent n'importe quoi.
Mais je crois que Moron est un bien pire menteur.
Thascius Hostilinus est arrivé à Rome à cause de lui. Celui-ci est tellement malade. C'est moi qui
pour la première fois l'ai surnommé Pestilens, devant tout le Senex.
La tête qu'il faisait.Je suis sûre que sa minable religion disparaîtra bientôt. Elle est si stupide que personne ne peut y
croire.
J'ai prophétisé que l'ère de Constantin ne durerait pas. Un autre Empereur viendra, et celui-ci
restorera la fierté et les dieux de notre belle nation.
Seul le sang coule de ma verge - Paroles du beau Eupraxus

Je me souviens de son membre flétri. Quelle horreur.
Ce sénateur pédant m'enculait les nuits où ses servantes étaient occupées ailleurs.
J'étais l'esclave de ses désirs, au premier sens du terme.
A cet âge déjà la Syrie n'était plus qu'un doux rêve.
J'étais un trou et un sexe et une bouche. Rien de plus.
Puis quelque chose en moi s'est réveillé. Je devais agir.
Des pensées cohérentes sortaient de mon esprit.
Je l'ai étranglé dans son sommeil.
Je me suis enfui.
Mais le cycle des abus est dur à briser. Seul dans les rues, mon trou et mon sexe et ma bouche ont
repris du service.
Quelle différence au final ?
Il y a eu les bordels. Il y a eu des bites sans fin. Tous m'enfilaient jusqu'à ce que le monde se
recroqueville en moi, comme si leurs membres compressaient mes entrailles en éjaculant, tout
devenait informe, je vomissais ma bile et ma non-existence.
Les Chrétiens étaient déjà là à cette époque.
Certains passaient dans la rue et me disaient : "Il y a une voie au-delà de toute servitude. Garde
espoir. Toi aussi Dieu te pardonnera tes péchés."
Je rigolais amèrement en leur répondant que leur dieu n'était rien et qu'il ne pourrait jamais m'aider.
Puis Flaviana est venue. Une prêtresse chez les morts, disait-elle. Ma beauté et ma grâce, selon elle,
n'avaient aucun égal.
Elle me parla d'un tas de choses que je ne compris pas. J'étais encore un gamin ignorant.
Elle m'acheta et me libéra du bordel.
Quelques années plus tard, lorsque je revenais à ce bordel, mort, je festoyais sur le corps de
quelques anciens maîtres.
Le Baiser m'apportait tellement plus que le sexe.
Bien entendu, Flaviana profitait elle aussi de moi, dans une certaine manière.
J'étais son faire-valoir dans la cité des morts.
Puis elle finit par me laisser seul.
Il avait fallu que je sois mort pour être libre. Quelle ironie.
Après la fin du Patronage de Galla, je ne pu résister au cycle des abus.
Je voulais être réduit plus bas que terre. Je voulais que quelqu'un me domine.
Macellarius Corbulo m'a donc accueilli a bras ouverts.
Corbulo est un génie. Bien que beaucoup le détestent, tous ou presque viennent à ses fêtes extravagantes.
Tous respectent ce poète monstrueux.
Je suis présent à chacune de ses représentations. Il m'aime.
J'offre mon corps à la contemplation des Propinqui.
Oh, je dois encore parler de mes petits projets. Macellarius m'aide beaucoup. Il a tellement d'idées.
Mes Eupraxites, comme je les appelle. Je veux me voir abusé. Je veux aussi abuser à mon tour.
Je trouve les mortels fascinants. Ils profitent du Soleil et souhaitent toujours plus, plus, plus !
Oh, ces Chrétiens. Qu'ils sont faciles à abuser. Mmmh...
Je m'avance vers eux, je déclame être le Christ revenu sur Terre.
Ma Vitae m'irrigue et tous me voient comme leur prophète et tous tombent à genoux.
Il suffit de leur demander un sacrifice de sang, ou de provoquer une émeute près d'une caserne de
Légionnaires. Les pauvres, ils courent tous à la mort en souriant.
Leur stupidité crasse me réjouit.
D'autres fois je les met face à leurs vices. Je les emmène dans les bordels. Dans les cauponae.
Je leur montre de quoi leur "foi" les prive.
La frustration. Et je les viole. Parfois un par un, parfois tous d'un coup, mentalement et
physiquement. Je les aime et je les viole.
J'ai l'impression d'étendre mon corps dans un océan de sperme et succomber au plaisir rien qu'en les
regardant forniquer au nom du Christ.
J'aime ça.
J'aime ça.
On m'appelle Eupraxus, ce qui signifie "Celui qui fait le bien".
Gladiatrix - Souvenirs de Victrix

La fille d'un chef Picte.
Une future Reine.
Les Romains sont arrivés.
Nous nous sommes jetés sur leur campement.
Près du Mur d'Hadrien.
On a fait un raid sur Carisle. Aux environs de 211 dans le calendrier chrétien.
Nous ne savions pas que l'un de leurs grands généraux, Severus Septimus était présent.
Nous avons été pris.
Mes neuf frères ont été exécutés devant moi, ainsi que mon père, pour m'humilier.
Moi, la fille en furie.
Ils m'ont enchainée et amenée à Rome dans une de leurs écoles.
J'ai appris à me battre avec leurs armes.
J'avais seize ans.
Ils m'ont fait oublier mon passé à force de brutalité et de répétition. J'étais devenue quelqu'un
d'autre.
Une gladiatrix. Avec ce surnom... Victrix, pour Victorieuse, une ironie étant donné ma défaite passée
- mais l'arène a besoin de grands noms et de noms qui frappent.
Mon humiliation et ma colère ont réduit les bêtes et les gladiateurs lâchés dans mon arène.
L'Empereur Caracalla lui-même m'a prit dans sa garde personnelle après une série de victoires.
Quelqu'un dans la garde impériale me remarqua.
Quelqu'un aux dents longues, d'une garde très spéciale.
La Camarilla m'a redonné une vie.
J'assassinais des gens pour le plaisir de monstres dans les entrailles de la terre.
Je devais le faire avec panache ou avec cruauté - toujours avec une touche de créativité dans le
meurtre ou le procédé.
Oh, je sais que je plait à la Lancea. Ils savent que malgré mes 160 ans, je suis toujours vierge.
Beaucoup me courtisent. Corbulo s'est servi de moi comme je me suis servi de lui.
Il n'est pas le seul. La Legio Mortuum m'est redevable.
On m'accuse beaucoup. Les Romains et les Propinqui ont besoin de bouc émissaires.
Quoi que je fasse, je reste une barbare.
Mais peu importe. Je sais quoi faire dans ce cas : je ne dis rien.
Je sais comme cela fonctionne.
Je connais Rome.
Car j'ai un secret.
Oui, j'ai un secret.
Je suis pur, il est innocent !

Hydrargyre - Insectopia - Chiaroscuro - Crimes

Avatar de l’utilisateur
Oloth
Messages : 1488
Inscription : dim. déc. 25, 2016 12:31 pm
Localisation : En train de courir après le temps
Contact :

Re: [Campagne] Vampires : Requiem pour Rome

Message par Oloth » jeu. janv. 19, 2017 2:25 pm

Arabidopsis a écrit :
Sinon du coup ça m'a donné l'inspiration pour en écrire moi-même sur des PNJ que l'auteur précédent n'avait pas traité, et sur les PNJ que j'ai moi même introduit.

Et parceque je sais que ça vous interesse, voici Gallo et Dune ^^
(note pour les extérieurs : Quinta est le perso de Sheails ;))
Pièces archéologiques n°85-134 : lots de tablettes romaines, datation fin de période impériale, retrouvées dans les catacombes (traduction placée dans l’ordre chronologique probable).

Gallo a trouvé des tablettes ! Gallo perd toujours ce qu’il a dans la tête, alors le petit Tiberius a dit à Gallo d’écrire pour essayer de se souvenir ! Et Gallo se souvient déjà comment écrire !

Gallo creuse. Toutes les nuits. Pourquoi Gallo creuse-t’ il ? Pourquoi ?
Le Pacte.
Gallo se souvient du Pacte.
Sept Vers sous sept collines, Gallo était des sept.
Les jumeaux sont arrivés, celui auréolé de lumière a guidé les bergers pour fonder la ville, celui enveloppé de ténèbres a guidé les Vers pour creuser Necropolis.
Un Pacte a été passé.
Nous devons creuser.
Qu’avons-nous gagné en échange ? Gallo ne se souviens pas. Mais il faut creuser, creuser, creuser, creuser, creuser, creuser, creuser, creuser, creuser, creuser, creuser, creuser, creuser, creuser, creuser, creuser, creuser, creuser, creuser, creuser, creuser, creuser, creuser, creuser, creuser, creuser, creuser, creuser
(Les gribouillis couvrent le reste de la tablette)

Gallo continu d’oublier. La Brume de l’Eternité, c’est ce que dit le petit Tiberius. Pour Gallo c’est des asticots qui grignotent la cervelle à chaque sommeil.
Comment les retirer ? Comment ? Ecrire rappel des choses à Gallo, mais tout ne revient pas. La Mnémosyne saurait ’elle ? Ceux d’en haut parle d’elle. Zagreus saurait ’il ? Non ! Zagreus est un menteur ! Tant sont morts pour avoir cru à ses mensonges.
Gallo va demander au petit Tibérius d’aller voir la Mnémosyne.

La Mnémosyne n’a pas pu aider Gallo ! Inutile ! Trop de dommages elle a dit, mais Gallo doit se rappeler, se rappeler, se rappeler, se rappeler, se rappeler, se rappeler, se rappeler, se rappeler, se rappeler, se rappeler, se rappeler, se rappeler, se rappeler, se rappeler, se rappeler, se rappeler, se rappeler, se rappeler, se rappeler, se rappeler, se rappeler, se rappeler, se rappeler, se rappeler, se rappeler, se rappeler, se rappeler
(Les gribouillis couvrent le reste de la tablette)

Gallo a rencontré Quinta ! Douce, jolie Quinta ! Quinta était dans les rues du bas quand Gallo l’a vu. Gallo se rappel. Gallo a aimé autrefois, quand Gallo marchait encore au soleil. Elle était belle. Son nom ? Quel était son nom ? Gallo n’arrive pas à se rappeler !
Mais la Jolie Quinta lui ressemble, Gallo en est persuadé. Est-ce que si Gallo l’observe il se souviendra ? Gallo va la surveiller !

Gallo a suivi Quinta chez elle et l’a regardé dormir. Le sang de Quinta sent si bon mais Gallo ne doit pas y toucher, non, non, pas si Gallo veut se rappeler. Quinta a un fils. Si joli lui aussi. Gallo a-t-il eu un fils autrefois ? Aussi joli que le fils à Quinta ? Gallo aimerait bien, mais Gallo ne se souvient pas.

Gallo s’est souvenu en regardant chez Quinta. Un dessin sur les murs. La guerre ? Gallo s’est souvenu de la guerre, et du Pacte. Julius Senex. Les Striges. Les Vers ont aidé les Julii à chasser les Ailes de la Mort. Les Traditores, les traîtres, ils sont morts, ensevelies sous Necropolis. Combien de morts encore ?

Quinta va mourir ! Gallo le sait, Quinta est vivante donc Quinta va mourir ! Si Quinta meurt Gallo arrêtera de se souvenir ! Sauf si Gallo la tue avant. Gallo doit tuer Quinta. Gallo doit lui offrir le sang des Vers. Gallo se souviendra, se souviendra, se souviendra, se souviendra, se souviendra, se souviendra, se souviendra, se souviendra, se souviendra, se souviendra, se souviendra, se souviendra, se souviendra, se souviendra, se souviendra, se souviendra, se souviendra, se souviendra, se souviendra, se souviendra, se souviendra, se souviendra, se souviendra
(Les gribouillis couvrent le reste de la tablette)
Le conte de Celle Qui Fougueusement S’Elance à Travers les Dunes

Je me souviens de mon enfance…
Joie, jeu et insouciance. Chasse, proie et sang.
Nous courrions à travers les dunes aux pieds des pyramides.
Nous gambadions dans les ruelles des villes des hommes.
Nous dormions sur le parvis des temples.

Je me souviens des chasses faites avec le clan. Sous forme féline nous festoyons de rats dans les ports. Sous forme humaine nous affrontions les soldats et les brigands des sables. Et de l’Autre Côté tout un éventaille de proies variées !

Bubasti.
Servants de la grande déesse Bastet, émissaires de la terrible Sekhmet.
Adorés par les hommes, choyés par les femmes, gâtés par les enfants, craints par les ennemis.

Mais ils sont arrivés.
Les loups de la colère.
Ils ont attaqué depuis les Ombres, pour conquérir et dominer.
Eux qui se disaient si Purs, nous qu’ils affirmaient impurs…

Le clan a combattu, avec la fureur de la lionne défendant son territoire, avec la détermination de la chatte protégeant ses petits.
Mais nous tombâmes.
Ils étaient tout simplement trop nombreux.
Forts aussi, mais nos guerriers et nos guerrières l’étaient tout autant.
Mais que pouvais un clan contre tant de meutes ?

Je suis la dernière aujourd’hui.
Plus aucun Bubasti ne court à travers les dunes.
Les enfants des villes gambadent seul dans les ruelles.
Seuls les chats dorment encore sur le parvis des temples.

Mais j’ai eu ma revanche, oh oui.
Les cadavres qui marchent la nuit sont arrivés, et les loups ont trouvé là un adversaire plus coriace.
Et Sekhmet m’a chuchoté qu’auprès d’eux je devais aller, pour aider les cadavres à abattre Ceux Qui Se Croient Purs.
Le sang des loups a coulé sur le sable, et les fantômes de mon clan ont enfin trouvé le repos.

L’une des cadavres qui marchent la nuit m’a accueilli dans son étrange famille. Chesemtet sert Isis, mais je saurais m’en accommoder. Elle m’a proposé de partir pour une grande ville au nord, de l’autre côté de la Mer. Seul des tombes dans le sable me retiennent encore ici, sa proposition est très tentante.
Je suis pur, il est innocent !

Hydrargyre - Insectopia - Chiaroscuro - Crimes

Avatar de l’utilisateur
Oloth
Messages : 1488
Inscription : dim. déc. 25, 2016 12:31 pm
Localisation : En train de courir après le temps
Contact :

Re: [Campagne] Vampires : Requiem pour Rome

Message par Oloth » jeu. janv. 19, 2017 2:26 pm

Arabidopsis a écrit : Du coup voici pour Corbulo (Edjet était apparemment le chef de la coterie de cette autre table, dont les joueurs avaient choisis le patronage de Corbulo)
Le poète des Morts - Les paroles mielleuses de Macellarius Corbulo



AVANT MOI, LES PROPINQUI N'AVAIENT AUCUNE POESIE. AUCUNE LITTERATURE.
MAIS MON TALENT LES A SAUVES.
VOUS ME DIREZ, MON NOM SIGNIFIE "MARCHAND DE VIANDE". UN PATRICIEN TEL
QUE MOI N'EN EST PAS FIER.
ET ALORS ? PARFOIS LA VIANDE ELLE MEME EST UNE POESIE. J'AI DEJA ECRIT SUR
DE LA VIANDE FRAICHE.
PAR N'IMPORTE LAQUELLE, MAIS DE LA VIANDE TOUT DE MEME.
JE REVIENS A MON PROPOS.
MES PARENTS MORTELS ETAIENT DE LA FAMILLE DE JULIUS, LUI MEME
DESCENDANT DE ROMULUS, NOTRE DIVIN FONDATEUR.
N'ECOUTEZ PAS CE QUE CERTAINES VIPERES DISENT. MES PARENTS N'ETAIENT PAS
DE VULGAIRES MARCHANDS.
C'ETAIENT DES PATRICIENS. NOUS AVONS TOUJOURS ETE PATRICIENS DANS LA
FAMILLE DE PERE EN FILS.
JE ME SUIS PRIT D'AFFECTION POUR LE THEATRE. SOPHOCLE. DARIUS. ET LA
PHILOSOPHIE, AH ! SOCRATE, MON PREFERE !
DES GRECS, D'ACCORD. MAIS DE BONS AUTEURS. JE N'AI JAMAIS TROUVE LES
AUTEURS ROMAINS CONVAINQUANTS.
VIRGILE, PLAUTUS. EUPRAXUS EN SAIT QUELQUE CHOSE.
BIEN, BIEN.

OH, JE ME SENS TRISTE. J'AI ECRIT UN POEME POUR LA MORT HORRIBLE DE
CUNTATOR. LES COUPABLES N'ONT PAS ETE RETROUVES.
SUREMENT UN RITUEL MALEFIQUE DE CES FOUS DE LA LANCEA SANCTUM !
HOSTILINUS VA ENTENDRE PARLER DE MOI ! OU SERAIT-CE CE SILBERIC ?
HEUREUSEMENT, J'AI TOUJOURS COMPTE SUR LA FIDELITE DE QUELQUES FIDELES
AMIS.

LA COTERIE DE EDJET M'EST FIDELE. OH, ET CE JULII... COMMENT S'APPELLE T-IL ?
IL A TELLEMENT PARTICIPE A MES FETES.
JE ME SENS PRESQUE REDEVABLE. NON, NE PARLEZ PAS DE CE VER. OUI, JE SAIS, IL
FRICOTE AVEC SABINA.
DE NOS JOURS, CERTAINS ROMAINS SONT TELLEMENT DEPRAVES.

MES FIDELES ALLIES ME SOUTIENNENT DANS LA DOULEUR. JE L'AIMAIS
TELLEMENT, CUNTATOR.


OH, L'INSPIRATION ME VIENT !

JE DOIS PARTIR !
Et made in moi celui de Marciana Longina Rhetrix (la missionnaire de la Lancea et Sanctum pour ceux qui n'auraient pas noter son nom ^^)
Confession de Marciana Longina Rhetrix

Seigneur Dieu,
Toute ma vie j’ai cru en ton existence, en tes miracles, en ton fils ressuscité. Malgré les persécutions, les menaces, j’ai élevé mes enfants et les enfants de mes enfants dans la crainte de ta puissance et l’amour de ta miséricorde. Comme mes ancêtres qui sont morts en martyres dans les arènes des païens, j’étais prête à donner ma vie pour le salut de mon âme. Jusqu’à cette nuit.
Tant de haine. Cet étranger qui a demandé l’hospitalité pour la nuit, et qui à la vue du crucifix sur le mur a noyé notre foyer de sang. Un par un, je l’ai vu massacrer chaque membre de ma famille. Lucius, l’homme si bon avec qui j’ai vécu plus de quarante années. Claudius, mon ainé, sa femme Carola et la petite Julia. Je l’ai vu les démembrer, arracher leurs organes de leur ventre et se nourrir de leur sang, avant qu’il ne se retourne contre moi et me prouve, d’une façon ô combien terrible, que mes prières ne seraient pas entendues.
Il m’a damné, tout comme lui, et m’a laissé découvrir dans quel abyme il m’avait envoyé. J’ai perdu la foi cette nuit-là. Dieu peut-il vraiment exister lorsque des abominations telles que moi marchent dans les rues ? Je ne crois pas, ou plutôt, plus.
Mais les démons, et l’enfer, existent bien. Nous sommes damnés et ce monde est la Géhenne elle-même. La Lancea et Sanctum prolongent les enseignements du Christ chez les non-vivants, triste mascarade mise en place par le triste faux prophète Longinus. Mais j’ai rejoint ce mouvement malgré tout : l’habitude, une vie entière de prière ne s’oublie pas si facilement, même si les mots se vident de leur sens…
Je continue à prêcher toutefois. Je ne crois plus en Dieu, mais la lumière apportée par les enseignements du Christ est toujours valable, et je souhaite l’apporter à tous les damnés.
Même si Dieu est un mensonge, sa lumière est réelle, et elle percera les ténèbres de cette Camarilla adoratrice de dieux morts.
Amen.
Je suis pur, il est innocent !

Hydrargyre - Insectopia - Chiaroscuro - Crimes

Avatar de l’utilisateur
Oloth
Messages : 1488
Inscription : dim. déc. 25, 2016 12:31 pm
Localisation : En train de courir après le temps
Contact :

Re: [Campagne] Vampires : Requiem pour Rome

Message par Oloth » jeu. janv. 19, 2017 2:27 pm

Arabidopsis a écrit : Deux nouveaux textes ^^
Une éternité d’imploration à Isis, chant de Chesemtet

Ô Isis, Dame des Mystères, Déesse de magie, Celle qui voit la vérité et la maintient caché, je t’implore de me révéler la voie que je dois arpenter.

Toute ma vie je l’ai passé dans ton culte. Enfant, en tant qu’acolyte du temple j’ai nettoyé les autels et servit les prêtresses. Puis est venu l’initiation aux Mystères, qui fit de moi l’une de tes servantes, et la révélation du monde occulte. Et enfin, l’ultime Mystère qui fit de moi l’une de Celles qui marchent la Nuit.

J’ai combattu pour toi ô déesse. Les guerres de l’ombre du clan mekhet, contre les armées des sables, les disciples du scorpion, les adorateurs de Typhon, les suivants de Seth… Rome est venue et est repartie, chamboulant toute nos croyances et mettant à bas nos délires de puissances comme les statues des idoles passées. Les Bak Râ parmi tous n’ont pas réussi à le supporter et ce sont endormis sous le sable, n’osant pas même se confier aux Usiri pour assurer leur repos. Le Culte de la Lumière a failli, et seul celui des Ténêbres se dresse encore… Dame des Mystères, seule tes arcanes nous permettent encore de tenir, mais pour combien de temps ?

Le mal se répand. La magie du sang n’est plus suffisante, non plus que la magie divine. Ces imbéciles de Thèbes ont osé révéler ses secrets aux illuminés de la Lancea et Sanctum. Le Monachus était convaincant, soit, mais comment ont-ils pu ainsi trahir la Dame ?

Si nous tenons encore contre la marée qui monte c’est uniquement grâce à l’aide des autres cultes secrets d’Isis, et la coalition des Mystères, mais notre position se fait de plus en plus intenable. Même le Gardien d’Irem ne saura plus nous protéger longtemps.

Zagreus est venu. Il m’a convaincu de quitter l’Egypte, bien que j’aie du mal à m’y résoudre. Il m’a assuré que le Culte des Ténèbres n’avait que peu d’emprise sur la ville de Rome, et que nous trouverions là-bas un terreau propice à notre renaissance. Il ment, bien sûr, il ne peut faire autrement. Mais même si seulement une fraction de ce qu’il dit est vrai Rome semble être un refuge sûr pour quelque temps, jusqu’à la prochaine marée…
Complainte aux morts de Marcus Julius Niger

Je suis las de l’immortalité. Les jeux de pouvoirs, les masques hypocrites, les atrocités ordinaires. Mes siècles d’existence me pèsent à présent, mais je ne peux me résoudre à m’abandonner à la torpeur où à la mort. La torpeur n’est pas satisfaisante, j’en ai eu un avant-gout, après les petits jeux de Néron, et ce cauchemar constant érodant l’esprit comme des rats grignotant un cadavre me répugne. Et les conséquences à long terme sont pitoyables, ce qu’est devenu le Seigneur Gallo parvient à m’émouvoir quand je me souviens de sa grandeur d’alors et ce qu’il est aujourd’hui, oublié de tous. Et la mort … Pas ainsi. Si j’avais su alors ce que je sais aujourd’hui, je n’aurais probablement pas accepté le sang de la nuit. Mourir en tant qu’humain, et non en tant que vampire, est largement préférable.

Ma vie d’alors … les détails sont flous, emporté par le brouillard de l’éternité. Mais je me souviens d’en avoir fait le choix. J’étais si jeune, dix, douze ans ? Je ne sais plus vraiment, mais cela importe peu. Mon Sire me remarqua, mon Sire m’aima et m’offrit le choix, le choix de l’éternité, de la puissance et du pouvoir. Rome était différente alors, sous la République, avant tout ses délires impériaux. Et la Camarilla était différente aussi, mon Grand-Sire Julius Senex venant à peine de succomber à la torpeur, les mœurs n’étaient pas aussi dépravées… C’était alors un honneur de se tenir devant le nouvellement nommé Senex, de faire respecter les lois de la République et de la Camarilla. Puis l’Empire est arrivé, et les feux de Néron ont réduit en cendre les anciens systèmes au profit d’une cohorte de nouveaux vampires plus « progressistes ». Ah ! Le progrès ! Une mauvaise blague des dieux, surement … J’ai quitté le Senex, l’Invictus, et j’ai cherché un nouveau sens à ma non-vie.

L’empereur Domitien … C’était un humain intéressant. Pour tromper mon ennui j’ai participé à sa mascarade de la Chambre Noire : une pièce de réception entièrement de marbre noir, les serveurs nus et peints de noir, des tombes derrière chaque siège portant le nom des invités et au menu de la chair secrètement humaine. Décadent, mais inspirant. J’ai repris cette idée pour ma Aula Nigra, et ce decorum m’a sensibilisé à la mort… et à la vie.

Pourrais-je jamais revenir à la vie ? Vivre, grandir, enfin, puis mourir comme un humain ? Dans notre état de mort nous nous nourrissons de vie, tandis que les humains se nourrissent de choses mortes. En me nourrissant de mort qu’adviendra-t’il ? Je n’ai plus bu une goutte de sang depuis des décennies à présent, buvant l’âme des morts pour maintenir mon corps. Ce chemin ménera-t’il au Golconde, maintenant que je ne prélève plus mon due sur les vivants ? Puisse les Lars me donner raison.
Je suis pur, il est innocent !

Hydrargyre - Insectopia - Chiaroscuro - Crimes

Avatar de l’utilisateur
Oloth
Messages : 1488
Inscription : dim. déc. 25, 2016 12:31 pm
Localisation : En train de courir après le temps
Contact :

Re: [Campagne] Vampires : Requiem pour Rome

Message par Oloth » jeu. janv. 19, 2017 2:28 pm

Parce que quand même, ce tableau il est BADASS. Et il résume bien le merdier politico-religieux dans lequel on s'est retrouvé ! xD
Arabidopsis a écrit : Merci ^^ s'ils choisissent leurs ennemis aux flechettes ça pourrait TRES mal tomber XD

Bon au final j'ai agrandi le tableau et ai fait une version complète (enfin il me semble n'avoir rien oublié...), pour info les PJs sont ceux dont le cercle est coloré en plein ^^

Image

Plus d'excuses maintenant :p (campagne politique, ça a été dit ^^)
Dernière édition par Oloth le ven. janv. 20, 2017 12:01 pm, édité 1 fois.
Je suis pur, il est innocent !

Hydrargyre - Insectopia - Chiaroscuro - Crimes

Avatar de l’utilisateur
Oloth
Messages : 1488
Inscription : dim. déc. 25, 2016 12:31 pm
Localisation : En train de courir après le temps
Contact :

Re: [Campagne] Vampires : Requiem pour Rome

Message par Oloth » jeu. janv. 19, 2017 2:30 pm

Oloth a écrit : (voilà, petite diatribe sur la création de ma lignée pour ceux que ça intéresse :P ;D 8))


MANUS FATA

À mes descendants et aux créatures du Wyrd, ou peu importe qui vous êtes. Si vous lisez ceci, c’est que vous y étiez destiné. Alors lisez, lisez et découvrez l’histoire d’un homme, et celle d’une lignée qui marquera à jamais l’Histoire de son empreinte discrète.

C’était il y a bien longtemps maintenant. À cette époque, je n’étais qu’un humain. Un « barbare » parmi tant d’autres, comme nous surnommait Rome. Mais j’avais un nom, une tribu et un clan, les Allobroges. Et nous nous défendions fièrement et vaillamment contre ce peuple qui nous envahissait. Eux avaient le nombre. Nous avions notre connaissance du terrain, nos guerriers et notre fougue. Mais cela n’a pas suffi. Et j’ai vu ces soi-disant hommes civilisés lâchement capturer nos femmes et nos enfants pour mieux nous décimer. Je fus grièvement blessé cette nuit-là, par une créature qui n’avait que l’apparence d’un humain. En un sens, il aurait peut-être mieux fallu que je meure cette sinistre nuit… Le Destin en avait décidé autrement.

C’est agonisant, humilié, enchainé, seul, empli de haine et de colère, dévoré par la vengeance que je fus emmené et exposé comme trophée à Rome. Jeté dans les geôles du Colisée, je fis la rencontre de Severus, celui qui allait devenir un frère d’arme. Après plusieurs nuits d’attente et une guérison un peu trop rapide, lui et moi fûmes armés et emmenés pour combattre. Ce nous affrontâmes n’était pas humain. Je découvris plus tard qu’ils l’avaient été, comme je l’étais. Je fus transformé en Vampire. Étreint, comme ils disent.

Ma vie changea complètement dès lors. Avec ma condition, j'avais perdu mes pouvoirs de druide. Mes dieux ne me parlaient plus. Ou je n'étais plus capable de les entendre. On m’apprit que j’étais du clan Gangrel et que mon Sire était le Lanista, responsable des bêtes du cirque. J’étais damné certes, mais je pouvais maintenant retrouver celui qui avait causé ma perte et celle des miens. On me présenta d’autres Vampires, Severus était parmi eux. Il avait connu le même sort que moi. C’est dans cette coterie que je fus introduit dans la Camarilla.

Pendant plusieurs années, je cherchai à retrouver ma nemesis. Sans récupérer mes talents de druide, je parvins à nouveau à faire de la divination grâce à la magie du sang. J’appris qu’il s’appelait Rapax et qu’il faisait partie de la Legio Mortum, le pendant vampire des légions romaines. Mais je n’avais pas encore de moyens pour l’atteindre. Après maintes recherches, arriva une nuit où je partis en quête du pouvoir pour me venger. Mon voyage dura 3 semaines. Ma destination était le lac d’Athéna. Un ours, un hibou et un cerf furent sacrifiés pour mon rituel et la porte que la déesse avait un jour emprunté s’ouvrit.

Je me retrouvai en Arcadie. Pays des Dieux, des nymphes, des satyres, des licornes et que sais-je encore… je rencontrai plusieurs d’entre eux. Ceux de ma race avaient fait des ravages et c’est avec méfiance et crainte que la discussion commença. Finalement, une Naïade m’indiqua ce que je cherchais. Pour son aide, je fis la promesse que jamais je ne lui porterais atteinte. Je passai plusieurs jours dans une forêt étrange avant de parvenir à une grotte. Je dus faire face à mes démons et à ma recherche de vengeance avant de rencontrer les effrayantes Moires de la légende. C’est avec elles que je fis un Pacte. En acceptant de devenir la Main du Destin, le Wyrd me donnerait le pouvoir que je désirais pour me venger. L’une des contreparties était que je devrais tuer toutes les créatures portant un signe particulier du Wyrd, un nœud coulant doré autour du cou. Aveuglé par ma soif de revanche, j’acceptai. Le Wyrd but mon sang, et je bus le sang du Wyrd. Je sentis investi d’un nouveau pouvoir. Puis tout devint rouge.

Lorsque je me réveillai, plusieurs jours plusieurs jours semblaient avoir passé. Mes vêtements étaient déchirés et je n’avais plus faim. Nul ne doute que je m’étais nourri dans la forêt et que ma présence était devenue nuisible. Je parvins à retrouver mon chemin et je retrouvai la plage où j’étais arrivé. La Naïade qui m’avait aidé était là, avec un nœud coulant doré autour du cou. C’est ainsi que l'un des fardeaux de ma lignée fut créé. Je dus rompre la promesse que j’avais faite. Cela me coûta beaucoup et le hurlement que je poussai rendit le silence de la forêt alentour encore plus sinistre. J’avais tué cette Naïade. Je ne bus pas son sang. Je n’en étais pas digne. Je ne pus même pas pleurer sa mort. Les Vampires ne peuvent plus pleurer. Je pris le temps de l’enterrer et de longuement prier pour elle et son salut. Et quelque fois je repense à cette pauvre créature, tuée par celui qu’elle avait aidé auparavant. Quelques minutes seulement s’étaient écoulées dans le monde réel quand je revins. Je me rendis compte plus tard que je ne pouvais plus entrer chez quelqu'un sans y être invité.

J'étais bouleversé. Je ne désirais plus me venger. Mais je désirais protéger les humains.

Un siècle passa ensuite. Un long siècle où alors que je gagnais en influence malgré moi, je vis l’ascension et la chute de plusieurs Vampires importants à la Camarilla. J’assistai à la longue et lente décadence du Senex et de ses sénateurs Juli, visiblement peu soucieux de la menace qui pesait sur eux. Cette indicible menace que les compagnons de ma coterie et moi affrontâmes. Les Stryges. Infâmes créatures de ténèbres. Nos prédateurs naturels, ceux par qui tout avait commencé à Rome, et peut-être ceux par qui tout s'achèverait. Je fus témoin de la longue ascension de la Lancea et Sanctum, les chrétiens comme ils s’appelaient.

J’ai vu les chrétiens massacrés par les païens. Puis les païens massacrés par les chrétiens une fois au pouvoir, répétant les mêmes erreurs que leurs anciens persécuteurs. J’ai vu un membre de notre coterie mourir sous les coups d’une Stryge. J’ai vu les charlatans, cet usurpateur de Maxentian en tête, continuer à proférer ses fausses prophéties, quand nous, les vrais oracles prédisions la chute de la Camarilla. J’ai vu la chute de Maxentian. J’ai vu la chute de l’Invictus. La mort de notre patronne, Dame Tertia Julius Comitor. La mort de son rival, Marcelarius Julius Corbullo. La mort de notre allié et ami Marcus Julius Niger. J’ai moi-même achevé celle qui avait jadis formé notre coterie, possédée par une Stryge. J’ai vu la Reine Nefertiti parcourir le monde des Morts à la recherche de son mari Akhenaton. J’ai vu le Destin s’attaquer à ce vieux fourbe et menteur de Zagreus, décimant des innocents. La mort finale m'a montré ses crocs plusieurs fois mais j'ai pu échapper à son sourire. J’ai vu le départ de notre Regina Sacrarum. J’ai vu la mort de mon maître Marcus Auditor.

J’ai créé ma lignée mais je refuse d’étreindre. Nul humain ne mérite la damnation qui nous frappe tous. Les Gangrel qui croient au Wyrd sont libres de me rejoindre. Mais je leur adresse à tous cette mise en garde : « Ton humanité tu ne dois point oublier. Pour chaque promesse rompue, l’Humanité touchera son dû. Ta nature tu ne dois pas oublier, mais la Bête tu dois contrôler. Savoir sortir les griffes est important. Mais savoir les laisser rétractées l’est encore plus. Sers-toi de ta tête. »

J’ai vu Rome envahie. En proie aux flammes. J’ai vu Rome en ruines. Cette ville que j’ai voulu détruire lorsque j’y ai été emmené. J’ai voulu la protéger. Mais je n’ai pas pu tous les sauver. J’ai vu la chute de Rome.

Tous ces événements m’ont changé. Certains m’ont transcendé.

Tout en moi a changé, mais je suis resté le même malgré tout. Je suis Artaïos. Ancien druide allobroge, Ancien du clan Gangrel, Primogène de Rome, vaticinator, ancien conseiller de notre Regina Sacrarum, chef de l'inquisition de la Lancea et Sanctum et fondateur de ma lignée.

Ironie du Wyrd, nous sommes les voix les plus modérées et en même temps les inquisiteurs de la Lancea et Sanctum.

Nous sommes ceux par qui votre passé revient vous juger. Nous sommes ceux par qui le Wyrd manifeste sa Volonté. Nous sommes les Mains du Destin. Nous sommes les Manus Fata.
Je suis pur, il est innocent !

Hydrargyre - Insectopia - Chiaroscuro - Crimes

Avatar de l’utilisateur
Arabidopsis
Messages : 390
Inscription : dim. déc. 25, 2016 10:59 pm
Localisation : Nice

Re: [Campagne] Vampires : Requiem pour Rome

Message par Arabidopsis » jeu. janv. 19, 2017 4:03 pm

ça rappel des choses ^^ merci Oloth de l'import de tout ça ;)

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité