[Shadow of the Demon Lord] Mémoires d'Hoel - Prologue

Vos parties elles déchirent ! N'en perdez pas la trace, faites profiter les malheureux absents.
Zellruhn
Messages : 1191
Inscription : dim. déc. 25, 2016 8:41 pm
Localisation : Nice

[Shadow of the Demon Lord] Mémoires d'Hoel - Prologue

Message par Zellruhn » sam. nov. 10, 2018 12:58 pm

Extrait des mémoires du prêtre Hoel.

L'arrivée à Lacvue.

La journée avait été fatigante après toute cette route pour arriver au domaine de la comtesse Cassandra, bien qu’habitué aux longues marches par mon travail de patrouilleur. Travail que je dois à cette chère et au combien très belle Angela de Beaumont, une diplomate en exil qui est en train de se faire sa place à la cour. Elle m’avait trouvé ce travail après je l’ai aidé à retrouver un bijou très précieux à ses yeux, perdu au fond d’un lac … Elle doit énormément y tenir, car elle m’a annoncé que ce geste n’effacerai en rien la dette qu’elle a envers moi. Mais je digresse. La journée avait été longue donc, et Angela m’avait fait introduire à la cour en tant que serviteur où je pourrai avoir davantage l’occasion de trouver un moyen d’obtenir une formation dans les ordres, la cour étant, selon ses dires, pleines d’opportunités … Je la crois.

Mais elle est aussi pleine de déconvenues. A mon arrivé je fus regroupé dans une pièce avec 3 autres serviteurs, un nain bien poilu répondant au nom de Lacgrim, un vieil homme du nom de Leonard encore bien vif pour son âge et enfin un satyre, –en l’occurrence un être mi-homme mi-bouc à la langue un peu trop bien pendu et flanqué d’une jeune naine dont je ne sais si elle est son chaperon ou son serviteur … mais qui l’apostrophait en usant le nom d’Escaris. Et elle était là, se tenant bien droite en face de nous, Pétunia de son prénom mais c'était bien la seule chose de doux en elle. Le col serré autant que possible, la mise de gouvernante impeccable et derrière ses lunettes un œil dur et réprobateur qui se posa à tour de rôle sur chacun de nous. Elle cracha son mépris, particulièrement lorsqu’elle inspecta les non-humains parmi nous et la biquette, pardon ce très cher Escaris, fut apparemment quelque peu piqué au vif lorsque ce fut son tour. La situation aurait pu dégénérer si la jeune Sarah, princesse et sœur cadette de la comtesse, n’était pas intervenue et réduisit au silence cette diablesse de gouvernante.

Après avoir posé nos quelques affaires dans notre dortoir la soirée commençait et nous étions affamés, aussi nous nous dirigeâmes vers les cuisines où nous fîmes la connaissance de Roberta. Roberta, la cuisinière aussi généreuse que ses miches après 18 enfants … elle nous remplit la panse jusqu’à la faire presque exploser. Entre la fatigue de la journée et la digestion, nous allons bien dormir cette nuit, ou pas …

Notre ami nain dormi comme un bébé cette nuit-là, mes deux autres compagnons eurent la nuit un peu agité par de mauvais rêves et quant à moi … Pour moi ces rêves étaient très vivaces et c’était regrettable car je voyais une vraie scène de massacre, sang gorgeant le sol, tripes à l’air et tout ce qui va bien. Au milieu de ce charnier se tenait un groupe d’homme fixant le cadavre d’un bébé fraîchement massacré, l’un d’eux dit quelque chose comme « Dommage, ce n’était pas le bon, mais nos savoirs peuvent toujours vous être utiles … » et un autre rajouta « Trouvez le bon pour cette génération ! ». Sur ces belles paroles, je réussi à sortir de ma torpeur en poussant un superbe hurlement. J’étais terrorisé, le nain se demandait quel était la cause de tout se raffut et si on pouvait se rendormir et les deux autres évoquèrent quelques ressemblances entre mon rêve et les vieilles légendes. Les vieilles légendes … celles qui parlent de l’enfant qui viendra à bout du seigneur démon …

Ne trouvant plus le sommeil, je décidai de me passer un coup d’eau sur la figure et d’aller marcher un peu. Mes pas me menèrent dans les jardins où j’errais sans but, quand une main se posa sur mon épaule. Je me figeai puis me retourna, puis me figea à nouveau. La comtesse ! Elle m’interrogea sur les raisons de ma présence ici et lui répondis que je cherchais à me changer les idées après une fort mauvaise nuit. Elle me fit comprendre que je n’étais pas le seul à avoir ce genre de cauchemar, que sa sœur y était elle aussi sujette par exemple puis elle se ressaisi et me rappela vertement qu’il y a un couvre-feu en vigueur. Elle partit en direction de ses quartiers alors que je me confondais en excuses … Quelle nuit ! Je décidai de me trouver un petit coin tranquille dans les jardins pour me calmer après toutes ces émotions quand j’entendis des bribes de conversations entre deux hommes. Le ton était celui du complot, aussi je me fis aussi discret que possible et tendis l’oreille. Ce que j’entendis fini d’achever ma journée : ces deux hommes étaient deux gardes, ourdissant un complot avec d’autres dont le capitaine, Roberta, Pétunia … et avaient pour projet de faire goûter prochainement aux nouveaux venus, c’est-à-dire nous quatre, du vin contenant du sang d’elfe. Je ne connaissais pas alors les effets de ce sang d’elfe, mais cela ne présageait rien de bon …

Dès que les gardes eurent fini leur discussion et aient vidé les lieux, je me dirigeai vers la fenêtre d’Angela en me disant « au diable les convenances, la situation est urgente ». En bas de sa fenêtre, j’y lançai un 1er gravier. Raté. Un deuxième, je failli glisser et viser celle d’à côté mais la Fortune me sourit et je parvins à rectifier mon geste in-extremis. La magnifique Angela ouvrit sa fenêtre en robe de nuit. « Qu’est-ce donc ? » demanda-t-elle. Je m’attendais à une réaction un peu plus outré … « C’est moi, Hoel, mes plus plates excuses pour vous déranger au milieu de la nuit mais il faut absolument que l’on parle, c’est urgent. » Et sur ces mot, elle lança un regard à droite, un à gauche, puis enjamba la fenêtre et escalada le lierre jusqu’en bas avec une certaine maîtrise … Tout en admirant la vue, je me dis que ce n’était pas la première fois qu’elle pratiquait ce genre d’exercice … Et je lui racontai la discussion des deux gardes. Une étincelle brilla dans ses yeux, et me suggéra d’aller trouver mes amis et d’enquêter plus en détail avec eux, car ce sang d’elfe avait deux effets principaux : d’abord offrir une grande béatitude puis une grande sensation de manque. Tous les consommateurs se retrouveraient alors à leur merci pour avoir leur dose. Nous allons avoir besoin de preuves et d’en savoir plus, et si nous réussissons nous seront ici tous gagnant – comprendre que nous quatre pourrions avoir une promotion et elle pourrait asseoir sa position et obtenir quelques faveurs. Je retournai dans mes quartiers alors qu’Angela remonta par le lierre dans ses quartiers avec une grâce qui me faisait remettre en question mes envies de devenir prêtre et ce que cela impliquait, mais je m’égare. Je réveillai les autres pour les informer et leur dire de se préparer à une journée chargé, puis me mit au lit en priant pour que cette maudite journée se termine enfin.

Je me réveillai le lendemain matin en me demandant si cette journée arriverait à être pire que la précédente, et elle en prenait le bon chemin car déjà la jeune naine avait commencé à chaperonner Escaris en le sortant du lit à coup de louche en fer. Se faire réveiller de la sorte n’est déjà pas agréable en soit, ça l’est encore moins lorsque l’on est une faë et que comme toute ces dernières on ne supporte pas le contact du fer … Et nous n’avions même pas eu le temps de nous habiller que déjà la gouvernante débarquait tel un ouragan dans notre dortoir en nous beuglant l’ordre du jour : mettre de l’ordre dans la bibliothèque ainsi que dans les quartiers de Dame Sarah, aider en cuisine, entretenir les jardins et aider à l’armurerie … Rien que ça ? Elle veut notre mort ? Nous nous répartîmes les tâches d’un air entendu afin que chacun puisse fouiner dans son coin au mieux de ses compétences. La biquette à la bibliothèque, le nain à l’armurerie, le vieillard dans les quartiers de la jeune Dame (quel vieux pervers ! Elle n’a que 14 ans !) et moi en cuisine. Nous finirons ensuite tous ensemble dans les jardins.

A mon arrivé en cuisine, Roberta était toujours aussi énergique et chaleureuse qu’à l’accoutumé, et je faisais mine de l’être également tout en étant méfiant vis-à-vis d’elle et de mon environnement. Après tout j’étais en territoire hostile. Elle me dit qu’il y avait une soirée entre noble ce soir et qu’il fallait finir les préparatifs, ainsi que préparer une petite contre-soirée pour les serviteurs. Je commençais alors par une bonne session de tartinage de terrine … parfum sang d’elfe ! Ça commence bien, va y avoir une tournée générale ce soir … puis je dû monter le vin pour les nobles et à la fin une bouteille pour la jeune princesse Sarah. Là j’eu des sueurs froides, vérifia sa bouteille et confirma qu’elle sentait bien elle aussi le sang d’elfe. Roberta était occupé de son côté, aussi j’en profitais pour échanger le contenu de cette bouteille avec la première piquette qui m’était passé sous la main. Je dissimulai sur moi la bouteille de sang d’elfe et une fois mes corvées de commis terminé je me dirigeai vers les jardins. Nous échangeâmes nos infos tout en taillant plus ou moins correctement la haie … A hauteur de nain c’était nickel ! Il ne fallait juste pas trop lever les yeux … Notre biquette avait trouvé un registre avec des noms et des livraisons par individu, le nain une fiole de sang dans les affaires d’un sergent et le vieillard avait trouvé une robe de la princesse … (ça aurait pu être pire …) et nous dit aussi que ses draps étaient « humides » et que ce n’était pas de l’urine. Mon dieu, ce vieillard est vraiment un pervers fini ! Il a même vérifié ça … Bientôt, bientôt je pourrais lui faire faire pénitence.

Puis je me mis en quête d’Angela, que je trouvai dans un couloir en compagnie de plusieurs nobliaux essayant vainement de gagner ses faveurs –qu’elle n’a encore accordé à personne- et lui demanda au mieux de cette noble assemblée si l’on pourrait se voir plus tard, pour le travail. Elle me donna rendez-vous ainsi qu’à mes amis dans son bureau, ce qui me valut des regards meurtriers. Ah quelle belle journée, je ne sais pas ce qui va me tuer en premier. Une fois réuni dans son bureau, nous lui exposâmes nos découvertes et elle blêmi en apprenant que la jeune princesse Sarah est également visé. Nous lui livrâmes le sang et le registre, et elle nous conseilla d’aller maintenant trouver le Comte en nous expliquant qu’en tant que seigneur elfe –il a fait un mariage politique avec la comtesse et il est certain que ces deux-là n’auront jamais d’héritiers- il s’ennuie ferme et adore autant l’art que les distractions … Gageons qu’un jeu d’enquête saura le divertir. Au passage il est bon de préciser qu’il était heureux pour nous que le comte et la comtesse soit tout deux hors de soupçon. Le comte ne ferait rien qui mette en péril l’alliance entre notre comté humain et son royaume des faes, quant à la comtesse elle tient bien trop à sa sœur cadette, au point d’épouser à sa place un seigneur d’elfe qu’elle ne peut pas encadrer. Leonard souleva un dernier point : vu que la princesse Sarah semble être la principale cible de la soirée, il serait plus prudent de s'assurer de sa sécurité, en la remplaçant par une doublure par exemple ... Angela fut entièrement d'accord avec cela et demanda à notre ami s'il voulait bien prendre sa place et identité ... oui nous apprîmes à ce moment là qu'il était un changelin, un métamorphe. Ce n'était donc pas simplement un vieux pervers ...

Nous avons laissé notre ami changelin avec Angela pour qu’ils discutent des derniers détails les concernant et sommes allé trouver le comte dans ses quartiers en train de peindre et lui avons proposé un jeu, ce qui a piqué son intérêt. Après l’avoir appâté, nous lui avons conseillé d’aller s’entretenir avec Angela pour plus d’information, ce qu’il a accepté avec enthousiasme. Tant qu’à faire d’être dans les appartements vide du comte, nous en avons profité pour fureter un peu … son coup de pinceau a encore matière à progression. Par contre sa réserve d’alcool est fort sympathique, voyez-vous, nous y avons trouvé une note qui disait : « pas plus de deux bouteilles par personnes ». Puis qui s’est ajusté en « sauf pour la biquette, une seule pour elle ». Là-dessus, la biquette a pris la note et s’est amusé à la secouer dans tous les sens en disant « et ça ? ça t’énerve ? hein dis ça t’énerve ? » Un cri de douleur et une main de biquette en sang plus tard, nous eûmes notre réponse … Oui ça a énervé le bout de papier … Il fut ranger bien gentiment dans son armoire avec ses bouteilles et nous avons vidé les lieux, croisant un peu plus tard le père excentrique de biquette. C’est le genre de mage qui se promène avec une cape qui traîne par terre sur plusieurs mètres avec écrit dessus « Veni, Vedi, Veci » et le dernier qui a fait un commentaire a eu des problèmes digestifs … Charmante famille.

Le soir arriva, la soirée se déroula … jusqu’à ce que le comte et seigneur elfe commence à expliquer calmement à son auditoire qu’il est un vétéran de la guerre et des intrigues de cour. Puis avec presque autant de calme, il a fait le ménage en faisant un bain de sang avec son épée d’os. Cela ne fit pas le bonheur de la comtesse qui n’était au courant de rien, aussi son cher et tendre époux lui expliqua brièvement la situation. Puis vint le moment d’interroger le seul et unique survivant du complot : le capitaine. Il fit le fier en prétendant qu’il resterait muet comme une tombe, une épée de la comtesse planté sous le genou plus tard, il se mit à table. Il s’avéra que le but de tout cela était une vengeance personnelle doublé d’une tentative de prendre le pouvoir, sans plus d’implication. Devenu inutile, le capitaine rejoignit les siens.

Nous fûmes récompensé pour nos services un peu plus tard dans une ambiance glaciale, où chacun eu droit à la formation de son choix aux frais de la couronne. Je vais enfin pouvoir devenir prêtre ! Et mon amie Angela gagne en influence ainsi qu’une reconsidération de la part de la couronne d’un traité qu’elle était venue négocier (sans espoir à la base). Les choses semblent s’arranger pour nous ! C’en est presque inquiétant …
Dernière édition par Zellruhn le sam. nov. 10, 2018 6:00 pm, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
RipGeekLost
Messages : 362
Inscription : lun. sept. 24, 2018 10:33 am
Localisation : Là-bas, tout là-bas !

Re: [Shadow of the Demon Lord] Mémoires d'Hoel - Prologue

Message par RipGeekLost » sam. nov. 10, 2018 1:38 pm

Résumé validé ! Avec tout les bons détails.
"Soudain, un lapin ! Faites-moi un jet de SAN."

Avatar de l’utilisateur
Darkinator
Messages : 165
Inscription : dim. déc. 25, 2016 11:04 am

Re: [Shadow of the Demon Lord] Mémoires d'Hoel - Prologue

Message par Darkinator » sam. nov. 10, 2018 5:38 pm

Juste 2nd paragraphe tu dis pas que la gouvernante c'est pétunia (on dirait que c'est la naine).
Et deuxièmement je sais que tu kiffe ta bonasse mais c'est pas elle qui à eut l'idée de la doublure mais moi !!! ><
Sinon gg pour le résumé grave complet

Zellruhn
Messages : 1191
Inscription : dim. déc. 25, 2016 8:41 pm
Localisation : Nice

Re: [Shadow of the Demon Lord] Mémoires d'Hoel - Prologue

Message par Zellruhn » sam. nov. 10, 2018 5:52 pm

Ahah ok j'arrange ça :p

Avatar de l’utilisateur
Ritwan
Messages : 58
Inscription : dim. oct. 08, 2017 1:20 pm

Re: [Shadow of the Demon Lord] Mémoires d'Hoel - Prologue

Message par Ritwan » dim. nov. 25, 2018 3:03 pm

Enfin, après deux mois passés entre les griffes de mon formateur je suis libre, cette période fut particulièrement éprouvante. Non seulement il m'a appris a manier convenablement mon arme ainsi que les rudiments de la forge mais aussi comment soutirer des informations aux gens "peu conciliant"... Bref, une fois ma formation terminée j'ai passé un certain temps dans une forge quelconque de Lacvue pour me changer les idées et surtout pour me faire un petit pécule.

J'ai appris quelques nouvelles de mes compagnons d'infortune, Hoel est parvenu à devenir prêtre malgré (à cause ?) des avances d'Angella, pas de nouvelles du Changelin, et la Chèvre serait parvenu à rédiger un bouquin sur la magie qui lui a permis de ce faire une réputation (de celle dont on se passerais bien) et un sacré trou dans ses finances.

Après un certain temps à travailler le fer, un mioche vient me voir pour me dire qu'Angella désire me voir dans son bureau pour une mission, un peu d'action après le train-train quotidien de la forge ça peut pas faire de mal. Je rejoins le bureau d'Angella où il semble que toute l'équipe ait été convié. Angella nous explique alors qu'elle aurait besoin de nous pour aller récupérer un collier auprès d'un camp d'Halfelin pour le Comte. Ce "pendentif d'amitié" permet d’emprunter un convoi halfelin pour sortir du comté de Lacvue sans risque. A la clé, un service qu'Angella rendra à chacun de nous. Nous acceptons l'offre et nous dirigeons vers la sortie de la ville.

Devant la porte attendais un halfelin qui nous fait de grands signes, il se présente comme étant Jenzar Marche-droit et vient pour nous guider jusqu'au camp. Il nous propose alors de prendre une route qui passe par une partie un peu dangereuse de la forêt mais raccourcira notre périple. Au fur et à mesure de notre avancée la foret se fait de plus en plus sombre et nous finissons par trouver un endroit pour camper, nous organisons une garde et allons nous coucher.

En plein milieu de la nuit, on est réveiller au son des bêlements et d'insultes naines. En sortant de la tente je trouve le satyre complétement hystérique, on entend toujours les jurons nains qui se perdent dans la foret. Après être parvenu à localiser les cris on se précipite pour se retrouver face à une monstruosité faite de bois, je dois avouer que entre savoir que ça existe et le croiser ce n'est pas la même histoire. Le temps que je récupère mes sens, Hoel est parvenu à lancer un sort qui a retenu le tréant non sans faire entendre un craquement sinistre et le Changelin avec sa fronde a libérer Jenzar qui a été capturé en même temps que Marjorie qui en profite pour porter un coup à l'arbre. Celui-ci semble avoir perdu tout désire de nous attaquer et reprend son déguisement d'arbre inoffensif, nous décidons de le brûler pour plus de sureté.

La nuit se passe sans plus d'accident, et nous continuons a cheminer vers le camp, après un voyage calme nous arrivons à notre destination où notre guide nous indique la tente du chef qui se nomme Carmillia, celle-ci serai doté d'un don de double-vue, avant d'aller se remettre de ses émotions de la nuit à la taverne. Après une discussion avec la chef durant laquelle on nous apprend que Jenzar est un banni et qu'il n'a jamais été envoyé pour nous guider, on nous remet le collier dans un coffret (pour plus de sureté je porte le pendentif sous mon armure afin de tromper d'éventuel voleur), Carmillia nous révèle une prophecie qui semble nous concerner:
L'enfant de lumière drapé d'atour mortel cherchera la plus pure sorcière de ceux qui fanent.
Puis son cœur près du sien, l'enfant de lumière trouvera la demi-sang connaissant le chant des ages.
Son innocence près de lui, l'enfant de lumière ira là où tout commença et tout finira
Nous décidons de chercher notre guide afin d'obtenir plus de renseignement sur ses agissements, on le surprend en train d'envoyer un message par oiseau, Hoel parvient à arrêter le piaffe et à récupérer le message, malheureusement Jenzar parvient à s'enfuir. A la lecture du parchemin il semble que notre récupération du collier ne plaise pas à certaines personnes, nous décidons de partir rapidement afin de prévenir toute embuscade. Carmillia nous offre alors l'aide d'une guign... guide nommé Malaki qui nous recommande de passer par le royaume féérique souterrain, devant sa réputation (de Malaki, pas des souterrains...) nous décidons de passer par la forêt par prudence, une brève rencontre avec notre ex-guide banni et un feu de foret plus tard, nous voila en train d'explorer les souterrains.

Je dois avouer que me retrouver avec plusieurs tonnes de terre et de roche au dessus de la tête est assez rassurant, voila un certain temps que j'ai quitté les montagnes et ce ciel à perte de vue est oppressant surtout quand il n'y a pas de nuage. Malaki, après être passé outre les appréhensions liées a sa chance (surtout celle de son entourage) s'avère être de bonne compagnie et nous explique le fonctionnement de ces souterrains féériques. Le trajet dans ces tunnels c'est déroulé sans encombre en dehors d'un gouffre où la Chêvre s'est courageusement retrouvé désigné volontaire pour passer en premier.

Une fois sorti de là, Malaki nous quitte pour aller jouer dans une taverne, pendant que nous allons voir Angella pour lui remettre le collier, elle nous explique alors la raison pour laquelle ce pendentif est nécessaire, à la demande du Conte elle doit envoyer la jeune Sarah à Mistral afin de la protéger de sa sœur la Contesse. Nous créons l'ébauche d'un plan pour exfiltrer la jeune fille, puis nous nous dirigeons vers les quartiers du Conte afin d'avoir sa confirmation qu'il est bien l'instigateur de l’opération, celui-ci confirme l'être et nous offre son aide pour soustraire Sarah à l'attention de sa sœur. Nous décidons de repartir à la recherche de Malaki afin d'obtenir plus d'information sur le royaume souterrain qui pourrai bien nous faciliter la vie pour le voyage Lacvue - Mistral. Après nous avoir donné toutes les info qu'on désiraient, elle offre à la Chêvre de jouer pour lui afin qu'il puisse rembourser sa dette, ce qui lui réussi car il est parvenu a rembourser sa dette et à se renflouer de bien belle manière.

Suite à ça nous nous séparâmes afin de nous préparer a mettre le plan en action.

Avatar de l’utilisateur
RipGeekLost
Messages : 362
Inscription : lun. sept. 24, 2018 10:33 am
Localisation : Là-bas, tout là-bas !

Re: [Shadow of the Demon Lord] Mémoires d'Hoel - Prologue

Message par RipGeekLost » dim. nov. 25, 2018 7:14 pm

C'est tout bon, le résumé est validé !
"Soudain, un lapin ! Faites-moi un jet de SAN."

Avatar de l’utilisateur
Darkinator
Messages : 165
Inscription : dim. déc. 25, 2016 11:04 am

Re: [Shadow of the Demon Lord] Mémoires d'Hoel - Prologue

Message par Darkinator » sam. déc. 01, 2018 4:57 pm

Extrait de l’interrogatoire d'une femme d'identité inconnue, rédigé par Gilbert Patoulacchi, garde de Lacvue, le Xème jour du Xème mois de l'année X :

"- Donc comme je vous disais, afin de préparer le trajet vers Mistral, nous nous sommes donc dirigés vers l'entrée du monde souterrain proche de Lacvue après avoir pris le matériel nécessaire au trajet à l'armurerie, quand c'est gentiment offert faut pas refuser. Nous sommes donc entrés sauf que ben... on s’est retrouver dans une espèce de donjon pas vraiment chaleureux avec un gobelin nommé Niark qui d'après ses dires était bloqué là depuis 2 mois. Sauf que franchement je ne vois pas comment il gardait une notion du temps enfermé là-dedans... et franchement à vue de nez j’aurais dit plus.
- Oui je comprends qu’avec les gobelins c'est difficile de dire... par contre comment vous écrivez Niark ?
- Je ne pourrais pas vous dire, comme ça se prononce ? En même temps pas sûr que lui-même le sais donc au pire il ne vous en voudra pas trop. Enfin bon, en explorant l'endroit on a trouvé différents objets : une bouteille contenant les regrets d'un mec qui est mort là et une fleur qui d'après notre guide improvisé contenant les sentiments d'un mort pour son amour interdit. Autrement dit rien d'intéressant... bah me regardez pas comme ça ! déjà que je ne m’intéresse pas vraiment aux sentiments des vivants alors ceux d'un connard décédé que je n’ai jamais connu... donc je disais, au cours de cette fouille très fructueuse Niark nous confia une lettre dont je tairais le contenu vu que vous avez déjà du mal à croire mon histoire, et nous avons alors entendu un bruit de pas massif à l'étage du dessous.
- Laissez-moi deviner là où vous allez devoir aller ?
- Ouai prévisible n'est-ce pas ? Nous sommes donc descendus dans une pièce plongée dans une obscurité surnaturelle. Dans cette pièce se trouvait des monticules de chairs sanguinolentes nous entendîmes alors droit devant les bruits de pas toujours et derrière une sorte de litanie tous deux de plus en plus proche. Nous nous sommes donc cachés et c’est alors que je les vis. L’un était une momie en suspension, enchainée et aveugle dégageant de la lumière par les yeux et l’autre une sorte de lion géant horrible… ouai dit comme sa ça ce n’est pas forcément terrifiant mais je vous assure que je n’en menais pas large. Le lion a alors saisi la momie et apparemment ils avaient des quelques différents car il se défoula sur cette dernière. A force de tourné en rond dans les lieux, ce qui devait arriver arriva, et on tomba nez-à-nez avec la momie. Notre prêtre l’attaqua… bon nous aussi mais disons que lui réussi à la toucher, et voyant qu’elle ne contre attaquait pas nous décidâmes de poursuivre notre chemin jusqu’à un cul de sac ou Marjorie la majordome pétat un boulard et défonça le mur le plus proche nous permettant de sortir des lieux et de rejoindre les souterrains.
- Et c’est tout ?
- Comment ça c’est tout ? C’est déjà pas mal non ? Et puis je n’ai pas fini ! Dans les souterrains, on est tombé sur des taupes cherchant Malaki.
- Qui ?
- MALA-ki. Ah non je ne reviens pas en arrière faut suivre mon gars c’est déjà pas mal compliqué comme ça. Donc vu qu’elle n’était pas avec nous nous passâmes après leur avoir raconté nos déboires et nous arrivâmes dans le palais du comte dirigeant cette partie des souterrains. Dans son palais se trouvait également des enfants en train de se faire sucer, pour le plus grand plaisir de notre prêtre, par une plante géante qui est la fille du comte.
- Bon ok ça y est je suis pommé, c’est n’importe quoi votre histoire.
- Et encore ce n’est pas fini. Pendant que nous racontions à nouveau notre histoire au comte je me permis alors de rappeler à sa fille les règles de bienséance élémentaire, comme par exemple que l’on ne tripote pas les invités sans leur consentement, mais le duc n’ayant pas apprécié cela je fus heureux de remarquer lorsque je revint à moi que je ne mettais pas étouffé dans mon vomi. Il nous lassa repartir non sans nous coller au basque une fée dégeulasse qui nous raconta qu’il n’aimait pas Malaki car elle s’était faite sucer par la fille du comte.
-La plante c’est ça ?
- Oui c’est ça. A la sortie vers Mistral on tomba sur une femme qui s’avéra être une sorcière millénaire en quête de vengeance puis on est revenu…
- Euh attendez, vous avez croisé quoi ?!
- Non ce n’est pas important et je vous avoue que j’ai moi-même pas compris toute l’histoire. Bref on est revenu et voilà.
- Ok. Bon ça n’explique pas vraiment pourquoi on vous a surpris chez Monsieur Delamotte avec des documents concernant le seigneur de Mistral mais je crois que vous n’avez pas toute votre tête alors bon… On a qu’à dire que tout est en règle car je me vois mal expliquer tout ça à mon supérieur…
- Je vous avez bien dit que c’était plus simple si on disait que vous ne m’aviez pas vu…

Avatar de l’utilisateur
RipGeekLost
Messages : 362
Inscription : lun. sept. 24, 2018 10:33 am
Localisation : Là-bas, tout là-bas !

Re: [Shadow of the Demon Lord] Mémoires d'Hoel - Prologue

Message par RipGeekLost » sam. déc. 01, 2018 6:52 pm

Résumé validé !
"Soudain, un lapin ! Faites-moi un jet de SAN."

Zellruhn
Messages : 1191
Inscription : dim. déc. 25, 2016 8:41 pm
Localisation : Nice

Re: [Shadow of the Demon Lord] Mémoires d'Hoel - Prologue

Message par Zellruhn » dim. déc. 02, 2018 12:46 am

J'ai bien ri merci :D

Scelios
Messages : 25
Inscription : mer. juin 20, 2018 10:45 am

Re: [Shadow of the Demon Lord] Mémoires d'Hoel - Prologue

Message par Scelios » lun. déc. 24, 2018 10:12 pm

Extraits du journal du Mage Cirie daté du X de l'année 30 après la chute du rois démon

Je me réveilla seul, isolés dans ma chambre, les draps m’entourant étais trempé de sueur, j'avais passé une mauvaise semaine. J'avais même du abandonner mes camarades pour une aventure. Mais je me sentais enfin mieux et je partis vite les rejoindre.
Je les retrouvais assez aisément dans le château de la comtesse où il parler du plan pour faire évader princesse Sarah et la mettre en lieu sure. Aprés un rapide résumé de leurs aventure avec des plantes carnivore fille d'un rois souterrains nous nous remîmes à l'élaboration d'un plan et nous tombons rapidement d'accord sur celui ci:

-Enfermer les gardes dans leurs caserne
-Récupérer princesse Sarah dans sa chambre pour l'envoyer à Mistral là où elle serais à l'abri de l'influence de sa sœur
-Surveiller les gardes qui serais en patrouille en ville pour ne pas tomber sur eux avec la princesse.

Un plan simple mais efficace donc. J'ai eu la tache de patrouiller en ville a la recherche des gardes, et heureusement je n'en ai pas trouvé. Malheureusement j'appris une fâcheuse nouvelle. Quelqu'un aurait attaquer le carrosse de la comtesse pour lui déclarer son amour, ce qui a fait fermer les portes de la ville dans le but de trouver le responsable.

Je me demande bien qui aurait pus être assez idiot pour lancer des caillou pour déclarer son amour, mais passons... Je partis cherchez une autre sortit, la porte Sud étais fermé ainsi que la porte Est et Ouest. Mais heureusement la porte Ouest étais fermé mais non protégé. Je pense qu'avec des gardes pareille le fait de lancer des caillou pour déclarer son amour doit être raffiné, mais passons... Nous retrouvîmes rapidement nos compagnon et j'appris qu'il y avait eu d'autres problème, en effet quelqu'un avait eu la "chance" de trouver Malaki dit "la Gigne" et la bonne idée de la faire sortir de la ville avec nous, mais étant conciliant avec mes compagnons je ne citerais personne, mais passons...

Pour sortir discrètement de la ville nous emprentîmes la poterne situé prés de la porte Ouest, quelle surprise nous avons eu lorsque nous aperçurent un gardent somnolant tranquillement devant la sortie de la dîtes poterne un parapluie au dessus de la tête. Pour remercier ce coquin nous décidèrent naturellement de lui faire les poche, enfin façon de parler puisque nôtre prêtre Hoel réussi non pas à lui faire les poches mais à prendre ces poches, ainsi que le pantalon et la chemise qui allait avec, le plus impressionnant étant qu'il avait réussi son tour sans même lui enlever son armure. En mon humble avis notre prêtre aurais mieux fait de son convertir aux saint art du vol mais bon. J'en restais bouche bée. La petite créature nous accompagnant que certain appellent compagnon mais que je préfère nommer "immonde petite chose de nain" réussi quand a lui à voler 6 bougie. Je le regardais toujours bouche bée en me demandant où il avait pus les trouver étant donné le fait que ce garde étais nus comme un ver en armure. En fait je ne veux pas le savoir... Notre bon amis Changelin eu la bonne idée de signer le corps de ce pauvre garde pour faciliter notre reconnaissance future. Qu'est-ce que je fou dans un groupe pareille? Toutefois ne voulant pas rester à l'écart et ne pas avoir quelque chose a ramener je décidis de me servir sur ce qui restais sur un homme nus en armure, à savoir, une grosse pierre noire qui scintille magiquement. Chut!!! Ne cherche pas!!! Elle n'est pas là ni ailleurs, de toute façon je ne sais pas de quoi tu parle!!! La logique de ce monde doit être tellement avancé que nulle n'as encore pus la comprendre, pas même mon père qui préféras resté fou plutôt que l'étudiais. Mais passons... Nous pourrons simplement dire que c’était logiquement un noble ou un mage qui voyant la porte de la ville fermé décidas de s'endormir. Ce qui pourrait expliquer le parapluie et le stock loufoque de ces objets. Passons...

Le chemin pour passer jusqu'aux souterrain ainsi que le souterrains même ce fit sans encombre, heureusement je n'aurais pus faire grand chose avec cette grosse pierre qui ressemblais curieusement a du charbon dans mes mains. Toutefois à la sortie nous vîmes Dame Angela accompagné de plusieurs gardes de Mistral nous attendre. Ces même gardes nous firent bien comprendre que nous n'étions pas les bienvenus, nous les fées ou créatures magiques, mais par-contre le prêtre ce fît accueillir chaleureusement. Dame Angela nous dît de monter dans le carosse pour rejoindre rapidement Mistral, le dit carrosse était sublime, ornés et décorés, les sièges était aussi confortable. Lorsque le prêtre entra à l'intérieur nous vîment les vêtement qu'il venait de chiper changer, devenant extrêmement luxueux. Ce devait effectivement être un mage...
Le trajet duras prés d'une semaine durant laquelle je profitas pleinement de l'absence de Marjerie. Toutefois en arrivant au porte de la ville je vis plusieurs faune pendus, cette vision me remplis d'une profonde colère et je me fît la promesse de briser celui qui tenterait de faire la même chose a un de mes frères en ma présence. Mais passons...

Enfin arrivés l'on nous fît directement conduire à la salle du trône qui étais remplis de courtisans avec au fond, la famille royale. Celle ci étais composés de trois hommes dont l'un possédais une armure plus que faite pour être vus plutôt que pour être servis, mais eux trois étais accompagné de leurs femmes et de leurs enfants, dont l'un étais terriblement maigre et blanchâtre. Au plus prés du rois se trouvais une jeune femme habiller plus simplement presque de façon artisane. Mais nous n'eurent pas le temps de regarder plus attentivement puisque le rois nous fît demander dans son bureau privés, aussi nous l’accompagnèrent.

Dans son bureau il nous remercia simplement d'avoir ramenés la princesse Sarah et nous dît que nous étions a la disposition de sa fille qui se trouvait dans la tour Est. Sûr quoi il nous dit de nous y rendre au plus vite. Toutefois nous lui firent remarquer que nous étions en possession d'une lettre prouvant la responsabilité de la comtesse dans l'assassinat de ses parents, et que nous étions prêts a la lui échanger moyennant quoi quelques contre-partie. Mais ils nous dît qu'il fonctionner à la méritocratie et que donc si ce document pourrait être utile nous aurions quelques passe droit. C'est ainsi que nous obtînmes l’accès a la bibliothèque.

La tour Est était immense et monter au somment nous prit facilement 10 minutes. Mais une fois arrivés en haut quelle surprise de retrouver le petit rachitique de la salle du trône, et quelle plaisirs de voir un laboratoire tenue par la fille du rois qui nous ordonna de partir le surlendemain chercher une faune à coter de l’endroit d'où nous venions. Un réelle plaisirs...Passons...

Pour redescendre le petit rachitique (nommer Hugo) nous accompagna et il nous appris qu'en plus d'être maigre comme un clou il étais stupide comme une huitre, enfin n'en déplaise a ces magnifique créatures qui n'ont rien demander a personne mais que je respecte lorsque je peux en manger avec mon père. En effet le rachitique nous apprît qu'il voulais devenir un preux chevalier; ils devras donc acheter une musculature grâce à l'argent de papa ainsi qu'une répartit plus grande que "taisez vous mon papa est puissant". Passons... Entre deux phrases idiotes il nous appris que ça maitresse (notre nouvelle patronne dont j'ai oublier le nom) avait elle aussi commis un meurtre quand elle étais enfant. Décidément plus vous êtes haut placer plus vous tuer tôt...

On nous donna chacun une chambre spartiate pour les deux prochain jours, et dés que je fût seul une envie pressante et insatiable m'atteint. Il fallait que je sache ce qu'étais cette boule noir. A ce moment je pensais que cela pouvait être un œuf d'une quelconque créature, en effet son aspect magique me le faisais pensée fortement mais je me trompis lourdement. C'est ainsi que je l'as mis au feu, tout d'abord il ne se passas rien, puis un flash blanc telle que je n'en avais jamais vus ce fît, m'aveuglant et me faisant une terrible douleur telle que je n'en avais jamais connus. Je crias mais seul Hoel me répondit. Je me sentis las et seul d'un coup, abandonner par mes compagnon sauf Hoel qui me demanda ce qui ce passais. Je lui raconta et... Et... Rien.

Las et terriblement seul je préférais me réfugier dans la bibliothèque ou je découvris de nouveaux sort. En sortant j'allas acheter avec l'argent du rois des provisions pour le prochain voyage qui nous attendait, a savoir: Des rations de survie, de l'eau, une carte ainsi qu'un boussole, une lanterne tempête avec de l'huile, un grappin, une longue vue, une plume avec de papier et de l'encre, et enfin 5 monture.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité