[Faction] La Fédération Europa

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Guther
Messages : 2040
Inscription : dim. déc. 25, 2016 9:28 am
Localisation : Dans mes mondes

[Faction] La Fédération Europa

Message par Guther » jeu. févr. 15, 2018 2:59 pm

Chapitre 1 : La Fédération Europa

Image

Carte de la Fédération Europa

Image

"Cela fait maintenant près de cent années que nos ancêtres ont été chassés de leurs terres. Des terres unifiées, pour la première fois de l'histoire, sous une même bannière étoilée. Plus d'un siècle que l'envahisseur communiste foula le sol Européen, arrachant à ses habitants la terre qu'ils avaient cultivée et aimée. Mais aujourd'hui, après ces cent années d'exil en Albion, un Royaume maintenant martyrisé et invivable, nous reprenons ces terres qui n'auraient jamais dût cesser de nous appartenir. Aujourd'hui est un grand jour pour la fédération alors que le bruit de nos bottes se fait de nouveau entendre dans les rues de la ville de Paris, une ville qui, au cours de son histoire, aura connu deux occupations différentes. Deux occupations auxquelles elle aura vaillamment résisté et pour lesquelles elle aura payé le prix.
(…) Mais l'heure n'est pas à la lamentation, l'heure est à la reconstruction, car malgré l'apocalypse, l'union a survécu! Réduite en cendres, elle n'a pourtant pas disparue et attendait son heure, et aujourd'hui, elle est la nation la plus rayonnante de ce qu'on appelle désormais les terres désolées. Mais plus pour longtemps! Parce que l'Europe renaîtra de ses cendres et le joyau Bruxellois ne restera pas longtemps la seule source de ce rayonnement maintenant que la ville lumière est de nouveau notre. Nous saurons rendre à Paris sa gloire d’antan... Mais Paris ne sera que la première d'une longue série dans notre reconquête... Car malheureusement il nous faudra conquérir ce territoire qui nous reviens pourtant de droit, le reconquérir aux malfaisants qui profitent du chaos pour servir leur intérêt personnel tel que cette despotique Dictatrice Diane ou encore ces ignobles cathares issus d'un autre âge. Mais le jour viendra où ces ennemis du peuple devrons répondre de leur actes devant la haute cour de justice de la Fédération, le jour viendra où chaque citoyen de l'ancienne union pourra vivre au sein d'un état civilisé et démocratique. Et ce jour citoyens, n'est pas si éloigné, gardez foi entre votre gouvernement, obéissez lui, soutenez notre effort de guerre, et bientôt nous cesserons d'espérer un meilleur avenir pour nos enfants, puisque nous aurons tout simplement construit le meilleur pour nous-même. Tous ensemble, nous relèverons le continent qui, le premier a vu la civilisation apparaître sur son territoire! Tous ensembles, The union prevals!"


Extrait du discours du gouverneur suprême de la Fédération Europa, Edward.D.Dillinger, Le jour de l'annexion officielle de Paris.

Chancelier Suprême Edward.D.Dillinger


Né à Londres en 2030, Edward Dillinger, fils d'avocate et de politicien grandît dans l’opulence et le luxe malgré la guerre de l'autre côté de la manche et bientôt l'apocalypse. Au moment de cette dernière, sa famille eu accès à un abri gouvernemental creusé à partir du Subway Londonien qui se trouvait en fait être une véritable ville souterraine. L'abri se rouvrît un mois plus tard pour offrir à ses habitants un paysage de dévastation. Mais personne ne se laissa décourager et la recolonisation de l'Angleterre commença. Edward passa donc son adolescence et sa vie de jeune adulte sous terre, faisant des études sciences politiques et se lança dans une carrière de politicien. Dès que sa voix commença à porter dans le milieu politique, il fût l'un des premiers à prêcher pour l'abandon de l'Angleterre au profit de la reconquête de l'Europe, terre plus fertile qui avait moins souffert. La reconquête de l'Angleterre dura jusqu'en 2087. Pendant toutes ces années, la fédération n'arriva pas à faire grand-chose avec un territoire aussi irradié. Quand le chancelier de l'époque mourut, Dillinger se lança dans une énorme campagne électorale en prêchant son point de vue qui finît par séduire les Anglais, fatigués de cultiver une terre pendant 45 ans et de ne rien avoir en retour.
Plaidant pour le lancement immédiat de l'opération Reconquête, Dillinger devint donc le troisième Chancelier suprême du gouvernement de reconstruction de la Fédération Europa et, sous ses ordres, l'armée fédérale mît pied à terre en Flandres et fût très bien accueillie par la population locale qui se retroussa les manches pour rebâtir les villes. La Fédération Europa resta ancrée dans le nord de la Belgique pendant encore quelques années, reconstruisant de manière efficace des villes essentielles puis elle descendît vers le sud, sous les ordres de Dillinger. Ce dernier divisa l'armée en deux, l'une pour capturer Paris, l'autre pour s'emparer des territoires fertiles de la Normandie. Personne ne compris pourquoi l'on se dirigeait sur Paris mais Dillinger sût convaincre la foule de procéder ainsi : les Français avaient été abandonnés par la Fédération bien avant l'apocalypse. Qu’elle les fasse maintenant passer en priorité était une juste rétribution. L'armée fédérale entra donc à Paris et en Normandie. Dillinger ordonna alors une pause dans l’extension territoriale de la Fédération, le temps de bâtir des structures dignes de ce nom et de donner à Paris un bourg resplendissant. C'est pendant cette période que des rapports arrivèrent de la part d'espions et que Dillinger se rendît compte que, pour la première fois, une menace de taille s'opposait à la Fédération. Quelques années après s'être regardés dans le blanc des yeux, l'Empire attaqua la Fédération, confirmant les craintes de Dillinger. Pendant ce temps, plus à l'ouest, les Cathares lancèrent l’offensive contre les premières divisions européennes à poser leurs pieds dans Rennes. Une nouvelle ère allait donc commencer, une nouvelle ère de guerre et de mort. Résigné, Dillinger rigidifia la société qu'il avait bâtie et se lança dans le conflit contre l'Empire et les Cathares, une guerre à laquelle il a renoncé à survivre étant donné son grand âge et la force de ses adversaires.
Le chancelier suprême est un homme de 85 ans que la chirurgie esthétique et l'augmentation humaine ont permît de maintenir en très bonne santé. Il est Caucasien et a des yeux bleus clairs qui sont naturels. C'est un homme d'assez grande taille et de corpulence moyenne. Son crâne est garnit de cheveux courts et blancs et quelques rides assez discrètes parcourent son visage. Sa posture habituelle est très droite et la maîtrise qu'il a du langage gestuel lui font dégager un sentiment d'assurance qui n'échappe personne et contribue à en faire un président charismatique.
Intransigeant et dévoué sont deux mots qui caractérisent le chancelier suprême. Ce dernier est convaincu qu'on a rien sans rien et est prêt à sacrifier beaucoup pour obtenir plus encore. Son idéal serait de rétablir la situation d'avant-guerre de la Fédération et, jusque-là, on ne peut pas dire qu'il ait échoué. Sa philosophie l'exhorte à donner le meilleur de lui-même pour la fédération, il prend rarement du repos et même à 85 ans, prend très à cœur sa fonction de chancelier suprême. En effet, dans un monde tel que celui-ci, Dillinger est convaincu que le bien général supplante les intérêts personnels et il est prêt à se montrer sans aucune pitié contre ceux qui s'opposent à la Fédération Europa. Il applique par conséquent une politique d'assimilation complète partout où il va, chose qui peut paraître violente mais qu'il estime nécessaire au bien de la population.


Maréchal des armées Ronald Collins


Il est né en 2064 à Glasgow. Ronald Collins a passé les premières années de sa vie dans une misère très profonde, troisième d'une fratrie qui comptera 7 enfants, tous de pères différents, survivant comme il le pouvait avec une mère prostituée. Néanmoins, cette femme honorable qui donna tout ce qu'elle avait à ses enfants possédait un avantage : elle était d'une beauté irrésistible, beauté qu'elle monnayait donc et avait appris à défendre, rasoir en main, des mauvais payeurs ou détraqués qui s'étaient trompé de gibier. Quand la Fédération arriva, cette dernière s'engagea dans l'armée et grimpa dans la hiérarchie à une vitesse fulgurante sans jamais aller au combat, tout ça pour finir Major et instructrice de corps à corps. Ronald a tendance à trancher les mauvaises langues à ce sujet. Le niveau de vie de la famille s'améliora de manière considérable une fois dans l'armée et tous les enfants suivirent les pas de leur mère et firent une école d'officier avant de tous s'engager à leurs 21 ans. Ronald ne fît pas exception et démarra sa carrière avec un grade de commandant après une brillante scolarité en école d'officiers.
Son premier fait d'armes eu lieu lors de la reconquête de Lille... Un très important gang de pillards tenait tête à la Fédération et lui, capitaine, réussît par un habile mouvement de troupe, à les prendre à revers, les retranchant dans une gare que les tanks eurent tout la facilité du monde à raser. Après ce brillant coup d'éclat, Collins devînt la coqueluche de la haute société européenne et devint lieutenant-colonel. Les années suivantes ne furent pas marqué par de tels coups d'éclats mais néanmoins des victoires systématiques qui lui valurent le surnom du "malin" (référence à ses yeux augmentés cybernétiquement qui sont rouges, à sa fine stratégie mais également à la manière brutale mais efficace dont il assure l'ordre dans ses rangs et les zones conquises). Il grimpa petit à petit les échelons jusqu'à devenir général et devînt un ami proche du chancelier suprême. Pendant ces années, il se maria et eu deux enfants.
L'apothéose de sa carrière fût la reconquête de Paris qu'il orchestra personnellement et qui fût un succès total. Après cela et la mort du précédent maréchal, Collins devînt en 2105, à 41 ans, le plus jeune Maréchal de l'histoire. L'unique revers de sa carrière fût la contre-attaque impériale lors de la prise de Troyes par la Fédération. L'Empire répliqua avec une rage et des moyens qu'il n'avait en aucun cas envisagé et peina à stopper l'avancée impériale juste avant qu'ils ne pénètrent dans Paris. Collins tomba un peu en disgrâce suite à cela et se jura de ne plus sous-estimer ses adversaires. Mais malgré ce revers, il reste considéré comme le meilleur commandant que la Fédération ait connu.
Collins est une véritable force de la nature, un combattant et tacticien hors pair. D'extérieur, il mesure près de deux mètres pour 125 kilogrammes de muscles et d'os massifs. Ses cheveux sont volontairement blancs, courts et plaqués. Il a le visage carré et une expression dure mais ce qui intimide le plus chez lui sont ses yeux félins rouges qui cachent en fait des yeux cybernétiques de haute technologie. Ce qui caractérise également Collins, c'est qu'il est très lourdement augmenté. Des "simples" griffes rétractiles au renforcement de ses os par des injections de céramique ou le remplacement intégral de sa colonne vertébrale (titane pour les os, filaments de haute conductivité pour les nerfs), il a investît une bonne partie de sa fortune dans son propre corps pour en faire une véritable machine de combat parée à toutes les éventualités.
"The Best or Nothing", le meilleur sinon rien, c'est sa devise. Collins est un homme très brave et courageux mais aussi ambitieux et arrogant. En effet, la haute opinion qu'il a de lui-même en fait un personnage hautain et parfois même persifleur. C'est également un homme très strict et dur qui ne tolère pas le moindre écart, l'armée c'est sa vie et pour lui elle se doit d'être absolument irréprochable, par conséquent quand il arrive quelque part, on tremble un peu.
Contrairement à de nombreux militaires, il n'a pas beaucoup d'estime pour les civils, qui pour lui sont au mieux les fournisseurs de la Fédération et au pire des parasites qui doivent être éradiqués au moindre signe d'opposition au gouvernement. Au contraire, il a un immense respect pour les militaires et n'abattra jamais un homme qui se rend. En fait, c'est tout le contraire de Dillinger qui aurait tendance à être moins rigide envers ses citoyens mais à considérer les adversaires de la Fédération comme des ennemis de l'humanité à abattre systématiquement. Étant tous deux aux plus hautes sphères du pouvoir, les visions des deux hommes se contrebalancent pour créer un compromis. Enfin, dernière chose, Collins est très intelligent de base et les puces qu'il s'est fait greffer dans le cerveau n'ont fait que renforcer cet aspect. C'est un homme calculateur et un excellent analyste qui arrive à trouver des solutions là ou d'autres ont abandonné depuis longtemps.

Président des Français Marie-Laure Blanchette : Élue il y a maintenant 2 ans, la présidente est une femme rigide à l'image du chancelier, rigide et parfois froide, mais néanmoins très soucieuse du bien être de son peuple. Très attachée à l'identité Française, elle est souvent accusée de mal jouer le jeu de l'anglicisation. Le rêve de cette dirigeante est de rebâtir la France pour en faire une nation rayonnante et incontournable sur l’échiquier Européen. Son principal cheval de bataille est donc l'amélioration et l'extension de Lutèce à toute l'ancienne ville de Paris, pour protéger un maximum de gens au sein de la fédération et par-dessus tout redonner à la ville lumière sa gloire d'antan.
Roi des Belges Arthur Von Grimbert : Issu de l’aristocratie Européenne, Von Grimbert est un homme snob, strict et très protocolaire. Néanmoins, une fois cette image passée, on se rend compte que ce roi élu pour encore 3 ans est un homme très élégant, sympathique et par-dessus tout dévoué envers non seulement les Belges, mais également l'ensemble des citoyens de la Fédération dont il essaye d'améliorer le quotidien du mieux qu'il peut, y compris en donnant de sa fortune personnelle dans des projets de charité ou de reconstruction.


La Population

La Fédération Europa est un territoire de taille relativement conséquent et regroupe pas loin de 600 000 d'habitants sur l'ensemble de son territoire. Près de 70% de cette population est citadine, le plus important pôle en termes d'habitants étant l'agglomération Parisienne que l'on estime à près de 60000 âmes.
Charlemagne et ses alentours (ancien district fédéral européen) n'arrive qu'à la seconde place avec une population d'environ 35000 habitants car toute capitale qu'elle est, et bien que mieux repeuplée et rénovée depuis plus longtemps, la ville a été très violemment bombardée lors de la grande guerre, et par conséquent sa population est resté très réduite jusqu'à l'installation de la Fédération dans les ruines de l'ancienne capitale Européenne, au contraire de Paris qui n'a pas autant souffert à l'époque et où il a fait, pendant longtemps meilleur vivre qu'à Bruxelles.

Comparé au reste des terres désolées, le niveau de vie des habitants de la fédération est plutôt élevé. Malgré que les gens soient contraints de vivre dans des ruines la plupart du temps, vivre dans la fédération présente de gros avantages : la Sécurité en ville est très bonne et assurée par l'armée, l'existence d'un réseau d'eau, de gaz et d'électricité (au moins d'électricité) est garanti dans les centre-ville voir aux alentours dans les zones les plus peuplées et l'accès à des matériaux de construction ou de rénovation est facilité par rapport à n'importe quel autre endroit des autres régions françaises.
La contrepartie à cette vie c'est bien entendu de lourds impôts réclamés par la Fédération le droit de fermer votre bouche sous peine de choses pas très folichonnes. Une équation qui plaît à certains et moins à d'autres, et les autres c'est la plupart du temps les ruraux qui ne sont pas très bien protégés et ne voient pas spécialement d’un bon œil que leur argent ne serve qu'à rénover des villes et industries dont ils ne profitent pas. A noter que les Parisiens sont, pour la plupart, dans ce cas également puisque la conquête de Paris, en plus d'être récente, ne tenait véritablement qu'à des raisons de prestige et devant la taille de l'agglomération, le gouvernement fédéral à renoncer à faire quoi que ce soit d'autre que d'y déployer des troupes et envoyer quelques matériaux industriels, d'autant que ces troupes ne sont pas tant affectées à la sécurité des Parisiens qu'à la ligne de front établie avec l'empire du Massif au Sud de la ville lumière.

Villes

La Capitale administrative de la fédération Europa est la ville de Charlemagne (ancien district fédéral Européen) située au cœur de l'ancienne région Flamande de Belgique. Ses quatre principaux pôles d'activités et centres économiques sont les villes de Liège (ancienne Royauté de Belgique Française), Anvers (ancienne Royauté de Belgique Néerlandaise), Euralille (ancienne République de France).

- La première est le centre industriel majeur de la Fédération et est très polyvalente avec quelques industries de production textile, métallurgique et mécanique. Néanmoins, son exclusivité c'est surtout la fabrique d'armes de Herstal, première et plus grande fabrique d'armement d'Europe lors de la grande guerre et aujourd'hui presque entièrement rénovée par la fédération. On y produit principalement des armes légères des munitions et de l'équipement individuel. Les autres villes industrielles de moindre importance de la fédération Europa sont Amiens spécialisé dans les véhicules terrestres, Caen dans la métallurgie, Tourcoing dans le textile et Beauvais dans l'aéronautique
- La seconde ville de ces capitales économiques est Anvers. La ville d'Anvers possède un imposant port qui serait certainement le premier de la fédération si sa rénovation n'avait pas été délaissée au profit de l'installation d'industries de recherche de haute technologie. Faute de moyens, On n’innove pas beaucoup dans ces industries mais au moins on dispose de suffisamment pour produire en petite série des produits de pointe d'avant-guerre dont les plans n'ont pas étés perdus tels que des médicaments, de l'informatique et surtout de l'augmentation humaine. Le site Anvers reste la seule ville véritablement pôle de ce secteur d'activité malgré la présence éparse et discrète de quelques petites industries de production pharmaceutique çà et là dans diverses villes de la fédération. A noter qu'Anvers est également l'unique ville de la fédération à être dotée d'une université.
- La troisième de ces capitales économiques, Cherbourg-Octeville, se trouve être le premier port de la fédération de par sa position centrale et sa proximité avec la région grenier de la fédération. De ce port part beaucoup d'agroalimentaire de Normandie et arrive du matériel industriel destiné soit aux champs de nourriture, soit aux champs de bataille au sud. La fédération Europa possédant un excellent réseau maritime, ses autres ports les plus importants sont le Havre, Saint Malo, Calais, Bruges et, dans une moindre mesure, Anvers.
- Enfin, la dernière de ces capitales économiques est l’ancienne ville de Lille, uniquement utilisée pour son bassin minier et son sol encore riche en ressources naturelles et également en gaz de schiste rendu accessible par les forages d'avant-guerre.

Il faut noter que dans les premières années de son installation, la Fédération Europa à mît l'accent sur la reconstruction des industries. Ayant aujourd'hui atteint une capacité de production confortable, la priorité est désormais donnée à la reconstruction et la rénovation des villes détruites par la guerre et seules Liège, Anvers et Bruxelles peuvent se targuer d'avoir en leur sein quelques quartiers résidentiels qui, malgré les cicatrices laissées par la guerre tels que les trottoirs lézardés et routes accidentées, offrent un style de vie qui commence à ressembler de loin à celui d'avant-guerre.

Toutes les villes qui ne sont pas cités sont d'importance secondaire pour la fédération Europa, et se trouvent complètement en bas de l'échelle de priorité pour ce qui est de la rénovation. Néanmoins, la fédération ne les laisse pas à l'abandon, et s'attache à leur fournir au moins les services minimum tels que la sécurité de l'armée et l'électricité ainsi qu'un ravitaillement en matériaux de construction pour assurer la reconstruction de leur ville (à affecter en premier aux infrastructures d'état et les infrastructures de production, bien entendu...). Le gaz et l'eau si possible mais c'est la priorité secondaire de la Fédération.

Pour ce qui est des zones rurales et plus petites villes, la fédération n'y fait qu'acte de présence rénove tout au plus un axe routier pour faciliter le voyage au collecteur d'impôts...

Ordre social et politique

La Fédération Europa est, sur le papier, une démocratie indirecte. Chaque citoyen de la fédération a le pouvoir d'élire leur représentant au niveau local et étatique. Les représentants locaux formeront le parlement qui se trouve être la basse chambre. Leur rôle est de débattre et voter les lois en tenant compte de l'intérêt de leurs administrés, rôle législatif donc, le parlement est renouvelé tous les 4 ans.
Les représentants des états, soient les présidents, princes et rois élus parmi une liste composée par le gouverneur suprême. Ces représentants gouvernent généralement pour une durée de 8 ans. Leur assemblée forme le conseil de la Fédération à laquelle participe également le conseil des ministres. Ils ont le même rôle législatif que le parlement avec en plus le pouvoir d'élire le gouverneur suprême fédéral et le gouverneur suprême élu à vie. Ce dernier détient le pouvoir exécutif total, le pouvoir de grâce et d'amnistie (les rois, princes ou présidents élus ne l'ont que sur leur territoire) et également le rôle d'arbitre. Dans ce sens, c'est souvent à lui de trancher quand il y a opposition entre les deux chambres législatives.

La Fédération repose sur un système de classes très similaire à celui d'avant-guerre. Ses valeurs sont le libéralisme économique et la dévotion de chacun à l'intérêt général.
Chaque habitant doit être référencé à la caserne la plus proche qui fait office de services administratifs, il devient alors citoyen ce qui lui apporte des droits mais également des devoirs. Tout le monde est imposé sur un taux fixe de 100 euros par mois et peut se voir imposer des travaux d'intérêt généraux dans le cas de non-paiement, travaux dont la longueur est proportionnelle au reste de l’impayé (une journée de 10 heures est payée 10 €).

Le modèle économique de fonctionnement de la fédération Europa est celui d'avant-guerre : libéralisme économique. A part concernant les impôts, le libéralisme est quasi total car c'est aux entreprises qui emploient de fixer les salaires et horaires de travail des ouvriers, mais en pratique celui-ci est toujours supérieur à celui proposé par l'état (1 euro de l'heure) parce que s'il ne l'est pas, les ouvriers iront plutôt vendre leur main-d’œuvre à l'état qui en a systématiquement besoin. Il y a généralement un jour de congé par semaine et la durée journalière est en moyenne d'une dizaine d'heures. Une main d’œuvre lambda gagnera un tout petit peu plus que les salaires de l'état, entre 1 et 2 euros par heure ce qui donne un salaire mensuel entre 300 et 600 euros par mois. Une main d’œuvre un peu plus qualifiée telle qu'un apprenti pourra espérer aux alentours de 3 euros par heure mais c'est à partir d'études niveau lycée qu'on peut vraiment espérer avoir des professions intellectuelles rémunérées près de 10 euros horaires et les rares universitaires sont très prisés, s'embauchant à près de 25€ horaires. Néanmoins, la plupart des gens estiment les emplois non qualifiés sous-payés et n’hésitent pas à lancer leur entreprise pour peu qu'ils aient quelques sous de côté (ce qui n'est, malheureusement pour eux, pas toujours le cas)
Il n'y a pas de règles de licenciement, de congé maladie, de congés tout court etc… définît par la loi... Tout est définît lors de l'embauche par l'employé et l'employeur. Néanmoins, ce type d'arrangement oral ayant entraîné beaucoup de litiges par le passé, il est de plus en plus fréquent de voir les parties signer un contrat de travail plus ou moins complexe selon la manière de penser des parties et donc chacun garde une copie le temps que l'emploie dure.
Chaque habitant de la Fédération a le droit à être embauché, à la propriété privée* et à la protection militaire. Tous les citoyens peuvent également créer une entreprise auquel cas il devra déclarer les revenus de cette dernière pour être imposé proportionnellement à ces derniers. Les contrôles fiscaux en entreprise sont fréquents et quiconque essaie de tricher s'expose à des peines plus ou moins sévères selon la gravité de la fraude, de la simple amende à la peine capitale en passant par des travaux forcés ou la confiscation totale de tous les biens du fraudeur.


Le Transhumanisme

Ancien courant datant d’avant l’Holocauste, le transhumanisme est un mode de pensée qui présente la technologie et les améliorations de type Cyberware comme le nouveau moyen de forcer l’évolution. Par les modifications humaines, les populations auraient à nouveau le contrôle sur leur environnement et retrouver leur place au sommet du monde naturel, voire à en transcender les limites. Les Transhumanistes cherchent donc à éliminer les faiblesses que la Nature leur a confié à la création. Chacun cherche donc à améliorer son organisme par le Cyberware aussi loin que celui-ci peut le supporter.
Comme il s’agit d’un simple courant de pensée, n’importe qui peut le rejoindre. Aussi, on trouve des Transhumanistes aussi bien dans les hautes sphères de la société que dans les plus basses castes. Même si, pour celles-ci, il est parfois ardu de se procurer les pièces. Les adeptes les plus aisés n’hésitent pas à payer des fortunes des médecins réputés pour s’offrir chacune de leurs améliorations tandis que les plus pauvres vont se fournir généralement auprès des infirmiers et des chirurgiens peu recommandables des Dupont Industries.
Certains membres peuvent lui donner un aspect sectaire, ne souhaitant pas forcément voir le mouvement se répandre et ainsi lui conserver son aspect cercle restreint. Tandis que d’autres vont chercher à accentuer la volonté prosélyte de la chose, cherchant à améliorer l’ensemble de la population.
Aussi puissant que soit un magicien, l'éclatement de son crâne d'un coup de marteau lui fera perdre une bonne partie de son style.

Au nom des Dieux

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité