Page 1 sur 1

[26/05/2019][D&D5 - De Runes et de Sang][Chez Pénombre]

Publié : lun. mai 13, 2019 10:53 am
par Penombre
Treizième séance de la campagne D&D5 "De runes et de sang". Dans mon antre à 14h00 dimanche 26 mai. 4 joueurs, pas de place disponible.

Les quatre :
Shera (Aniur) : clerc humaine de la déesse-mère Eryn - niv.5
Elena (Jitsunoslayer) : rôdeuse humaine - niv.5
Naeris (Nasthiem) : demi-elfe sorcier - niv.5
Seryt (Tsukinoslayer) : paladine humaine - niv.5

Dans l'épisode précédent :

Après un bref séjour au manoir de Caedric, le Quadrium se rendit à nouveau dans les montagnes grâce au réseau de téléporteurs. Quelques heures de marche permirent aux aventuriers d’atteindre le sanctuaire de Blancheplumes : une enceinte fortifiée et austère, au pied de laquelle un hameau s’était établi. Dans l’auberge du hameau, ils rencontrèrent le prince Athelstan du royaume d’Ashrendal. Quatrième des enfants du couple royal, Athelstan avait pour tâche de compulser les rapports des espions du royaume et de coordonner leurs activités. Il reconnut immédiatement les nouveaux arrivants. Le prince expliqua avoir tenté en vain d’obtenir des informations de la part des soeurs de Blancheplumes. Athelstan avait pu comprendre que Vanis de Belworth convoitait des pouvoirs liés à l’empire disparu de Nastrond, et savait aussi que ses deux principaux agents étaient Xexamedes le nécromant et Sandorin le demi-elfe. Il apprit au Quadrium que les armées de Belworth étaient désormais prêtes à agir et que selon lui, elles frapperaient prochainement soit Onedos, soit la Marche. Cependant, selon lui la Marche Libre ne pouvait constituer une menace sérieuse contre Belworth, qui s’efforcerait probablement de neutraliser d’abord Onedos, la principale puissance militaire d’Averil. Athelstan espérait que les sœurs de Blancheplumes puissent lui en dire plus sur Nastrond, et comment les recherches de Vanis pouvaient aider ses armées, mais après des jours d’efforts, il n’avait rien pu tirer de sérieux de Sœur Caprice, la maîtresse de la congrégation. En tant que maître espion d’Ashrendal, Athelstan déclara également que les trois mystérieux conseillers masqués que le nécromant Xexamedes avait évoqué dans son journal à Tanorin étaient toujours auprès de Vanis. Une aile entière du palais leur avait été réservée et plusieurs disparitions inquiétantes parmi le personnel suscitaient une certaine inquiétude à Edaras, la capitale de Belworth.

Shera et Elena parlèrent longuement de la nécessité pour Ashrendal d’unir ses efforts à Onedos et à la Marche, mais le prince mit un terme à leurs espérances : selon lui, le roi d’Onedos était trop paranoïaque pour écouter le souverain d’Ashrendal, et les seigneurs de la Marche ne parviendraient jamais à s’unir. Il suffisait après tout que Vanis persuade l’un d’eux de travailler pour lui en douce, en échange de concessions importantes, et les disputes et rivalités des potentats de la Marche les empêcheraient de conclure le moindre accord. Quand à l’efficacité de leurs modestes forces armées, elle serait encore amoindrie faute de commandement unifié.
Naerys demanda au prince s’il savait où était passé son père, et apprit que ce dernier s’était apparemment mis au service d’un jarl des géants du givre, Storvald. Le géant et ses suivants harcelaient les côtes septentrionales d’Ashrendal avec des drakkars immenses et un petit groupe d’humains menés par le père de Naerys semblait les assister. Malheureusement, le repaire des géants de givre n’avait pas encore été localisé, bien qu’on puisse être certain qu’il se trouve proche de la mer.
Après une nuit de repos, le Quadrium se présenta à la porte de Blancheplumes. Baftis resta à l’auberge, ne pouvant pénétrer dans l’enceinte de Blancheplumes en raison des puissantes protections magiques qui en interdisaient l’accès aux fiélons.

Une vieille sœur refusa l’entrée du complexe au Quadrium jusqu’à ce que les aventuriers évoquent d’un trait le Kalach’Mal et l’empire de Nastrond ainsi que le renégat Moloch et l’ancien souverain de Baator, Zargon le Tueur de Dieux. Alors, la soeur leur ouvrit et les mena jusqu’à Caprice. A l’intérieur de l’enceinte, trois bâtiments étaient visiblement consacrés à Eryn, Overwhele et Lumina, alors qu’un quatrième vierge de toute décoration se trouvait en arrière. Les rares femmes présentes arboraient les différentes robes de prêtresses des trois divinités, curieusement recouvertes d’un manteau noir à capuche. Elles se gardèrent bien d’adresser la parole aux visiteurs que la portière conduisait jusqu’à un petit salon.

La maîtresse de Blancheplumes s’avéra être une adolescente arborant les robes du clergé d’Eryn et au regard bien plus âgé que son apparence ne le suggérait. Les premiers échanges avec le Quadrium s’avérèrent difficiles. Caprice confirma que Blancheplumes détenait bien un exemplaire du Kalach’Mal, mais qu’il était inaccessible, même à elle. L’insistance de Naerys et Elena l’amena à confier que le dieu des ombres et des secrets, Pénombre, avait dissimulé les reliques de Nastrond. Lorsque Shera évoqua la volonté d’Eryn de soutenir le Quadrium, Caprice la considéra avec encore moins d’aménité, et affirma que depuis la défaite des servants de Zargon, rien ne pourrait aider Averil car leurs connaissances seraient à jamais scellées. Elle les déclara trop dangereuses et expliqua que l’archidiable exilé, Moloch, jouait visiblement avec un pouvoir qu’il ne pourrait contrôler. Le mal, comme toujours, se dévorerait lui-même. Quand Shera demanda des explications sur les faits effacés des écrits par la volonté des dieux, elle fut gentiment mais fermement rembarrée, mais lorsque ses amis insistèrent, Caprice prit la décision de leur montrer une partie de la vérité.
Elle accompagna le Quadrium jusqu’au bâtiment qui se trouvait à l’écart des temples dédiés à Eryn, Lumina et Overwhele. Dans la nef de cet endroit, le Quadrium put découvrir une statue représentant Jenova. Une Jenova assez différente de sa représentation classique puisque la statue arborait des cornes et une longue queue. Jenova, héroïne de la guerre contre Nastrond, était à demi-infernale. Et d’après Caprice, elle était une fille bâtarde du seigneur suprême de Baator, Asmodeus lui-même.

Lorsque Seryt lui demanda si elle était sure de cela, Caprice expliqua qu’elle tenait la vérité de la bouche de Jenova elle-même. Car la maîtresse de Blancheplumes avait combattu aux côtés de l’héroïne, lors de la guerre contre Nastrond il y a cinq siècle. Alors, la jeune prêtresse se mit à grandir et irradier de lumière. Des ailes blanches apparurent dans son dos, alors qu’elle reprenait sa véritable forme.

Elamdiel, dame solar et archange d’Eryn.
L’archange aux yeux tristes expliqua au Quadrium que Nastrond était en fait une tête de pont, une invasion venue d’une cité coincée entre les mondes appelée Cynidicea. Apparemment, lorsque Asmodeus avait jeté Zargon à bas de son trône, il n’avait pu le tuer mais était parvenu à disperser son essence loin des Enfers. L’un de ces vestiges était venu se dissoudre sur Averil mais le plus puissant s’était retrouvé à Cynidicea, capitale d’un empire humain puissant sur un autre monde. Lorsque les cynidicéens se mirent à adorer Zargon, leurs dieux arrachèrent leur ville de son monde et la projetèrent dans un repli éloigné du multivers. Mais, des millénaires plus tard, Zargon avait trouvé la trace du fragment de son être échoué sur Averil. Alors, le tyran déchu avait ouvert plusieurs portails depuis Cynidicea et ses armées d’adorateurs avaient attaqué Averil. Jenova était née esclave, à Cynidicea, et son père Asmodeus avait apparemment fécondé sa mère pour créer un pion qui se retournerait contre Zargon et ses adorateurs. La demi-diablesse s’était cependant révélée bien plus altruiste et pure que prévu.
Blancheplumes avait été construite sur le site même du principal portail cynidicéen, ce qui expliquait les ruines de fortifications parsemant cette région pourtant reculée. Elamdiel invita alors le Quadrium à s’en retourner et à se préparer car bien qu’ils ne puissent plus rouvrir les portails employés lors de leur précédente invasion, les adorateurs de Zargon étaient parvenus à envoyer trois d’entre eux jusqu’en Averil, probablement avec l’aide de Moloch. Ces trois émissaires étaient les mystérieux conseillers auxquels le roi Vanis accordait désormais toute son attention. Elamdiel confirma que le Kalach’Mal n’était pas entre leurs mains, car en réalité, les reliques de Nastrond étaient conservées non pas à Blancheplumes, mais dans son reflet au coeur du Shadowfell, le plan de l’ombre. Naerys envisagea un temps d’utiliser la forêt incolore en partie immergée dans le Shadowfell pour rejoindre la cache de Nastrond, mais ses compagnes le découragèrent bien vite : parcourir à pied la distance entre la forêt incolore et les Blancheplumes était déjà assez pénible sur Averil. Dans le plan de l’ombre, cela serait certainement bien plus dangereux….
Ensuite, les aventuriers demandèrent plus d’explications et Shera rappela à Elamdiel la prophétie que lui avait transmis Eryn, concernant Baftis. L’archange se révéla choquée et surprise que des mortels connaissent une diablesse exilée depuis des milliers d’années, et plus encore lorsqu’elle comprit que Baftis se trouvait dans les parages. Levant un instant les protections de Blancheplumes, Elamdiel convoqua Baftis devant elle.

La princesse infernale se mit à rire en voyant la statue de Jenova, et eut un échange assez particulier avec Elamdiel. L’archange et la diablesse s’étaient apparemment déjà rencontrées, et même affrontées, autrefois. Elamdiel ne cacha pas sa surprise de voir la véritable forme de Baftis, qui différait assez de celle qu’elle était censée avoir. En effet, le Quadrium apprit qu’avant son exil, Baftis avait une carnation cuivrée, presque rouge, plutôt appréciée par les habitants de Baator. Cependant, une partie de son dos restait inexplicablement blanche, malgré tous ses efforts. On la surnommait ainsi par dérision “Baftis aux reins de nacre”. Or, la diablesse sortie de sa prison avait la peau entièrement pâle. Durant ses sept millénaires de solitude, Baftis avait apparemment traversé de longs épisodes de folie, d’introspection, de rage et de colère, avant de trouver une certain paix de l’âme, notion des plus étranges pour une diablesse. Sa transformation physique spontanée en était apparemment une des conséquences. Un fait des plus exceptionnels pour les immortels natifs des plans extérieurs. Elamdiel proposa à Baftis de poursuivre ses efforts et d’entrer vraiment sur une voie purificatrice, mais la diablesse déclina avec le sourire et rappela que la déesse Eryn attendait d’elle qu’elle révèle un certain mensonge, concernant les dieux d’Averil.
Alors, Elamdiel baissa les yeux et d’un geste de la main, fit apparaître trois vitraux montrant Eryn, Lumina et Overwhele, sous la forme d’enfants. Chacun d’eux était accompagné de la silhouette encapuchonnée et sombre du seigneur Pénombre. Celui qui avait dissimulé leur mort… et leur résurrection.
Car les trois dieux les plus aimés d’Averil avaient été tués par Zargon, le déicide. Il avait frappé les dieux eux-mêmes avant que ses armées ne profitent du désarroi et de la peur pour l’emporter sur les habitants d’Averil. Alors, Jenova avait conçu le Trine pour que les peuples gardent espoir, et elle avait tué l’avatar de Zargon, se servant d’une arme surpuissante. Eskaton, l’épée qu’Asmodeus avait porté autrefois, avant qu’il ne s’en serve pour tuer le dieu qu’il servait et que l’épée le rejette. Seul Asmodeus ou quelqu’un de son sang pouvait tenir Eskaton et la lame céleste refuserait d’obéir à son ancien maître. La naissance de Jenova avait été préparée par Asmodeus pour qu’elle devienne le sauveur d’Averil, et qu’il puisse employer le pouvoir de son ancienne épée sans avoir à la prendre lui-même… d’après Elamdiel, le suzerain des Neuf Enfers envisageait certainement de prendre la place des dieux tués par Zargon, se servant de sa fille comme d’un étendard pour rassembler les peuples d’Averil dans sa main.
Mais Jenova s’était révélée bien plus pure et subtile que son père ne l’aurait souhaité. Elle avait préféré sacrifier sa vie pour protéger Averil, et priver du même coup son géniteur de la victoire en créant le Trine et en préservant l’espoir envers les valeurs défendues par les dieux assassinés. Après la défaite de Nastrond, les portails vers Cynidicea avaient été refermés et Pénombre avait temporairement répondu aux prières des adorateurs d’Eryn, Lumina et Overwhele. La foi préservée des mortels avait permis la résurrections des dieux morts, mais ils avaient perdu une bonne partie de leurs souvenirs et de leur pouvoir. Durant les cinq derniers siècles, leur puissance s’était lentement reconstituée, grâce à l’adoration des mortels, ignorant qu’ils avaient été tués et ressuscités.
C’était cela, le secret ultime, le mensonge dissimulé à tout Averil. Pénombre et les dieux survivants avaient effacé les traces écrites de la guerre, et les autres dieux (ceux des elfes, des nains et des géants notamment) avaient accepté que leurs adorateurs à la longue vie gardent le secret. L’équilibre du monde, l’échec du plan d’Asmodeus et le renouveau des dieux étaient à ce prix.
Le Quadrium comprit que le reste du monde n’était pas prêt à apprendre cette vérité, mais Elena vit paradoxalement sa foi envers les dieux renouvelée : elle les avait longtemps considéré comme des êtres distants et manipulateurs, sans imaginer à quel point ils vivaient en symbiose avec leurs adorateurs et dépendaient d’eux.

Shera demanda à Elamdiel d’intervenir pour sauver Averil, mais la solar expliqua alors qu’elle ne quitterait pas Blancheplumes, où elle demeurait en pénitence. En effet, elle avait décidé d’aider Jenova à s’évader de Cynidicea avec d’autres esclaves en révolte, peu avant le début de l'invasion de Nastrond, au lieu de rester auprès d’Eryn. L’archange reconnut qu’elle aurait certainement été tuée par Zargon et que sa mort n’aurait pas pu sauver Eryn, mais elle s’était quand même détournée de sa déesse. D’ailleurs, les sœurs de Blancheplumes étaient toutes en réalité des célestes vouées à Eryn et Lumina, ou des axiomatiques au service d’Overwhele. Certaines avaient soutenu Elamdiel dés le début, d’autres avaient perdu espoir après la mort des dieux, ou avaient décidé de demeurer à Blancheplumes pour maintenir scellé le principal portail vers Cynidicea. Il était crucial cependant d’accéder à nouveau à la ville maudite, car avant de partir à une mort certaine, Jenova avait confié à Elamdiel qu’elle avait un plan et qu’il faudrait un jour que quelqu’un brandisse à nouveau Eskaton. Elamdiel déclara alors que seule une adepte du Trine vouée à la justice pourrait être acceptée par l’épée, même si elle n’était pas du sang d’Asmodeus. Et Seryt semblait être la meilleure candidate possible pour cela...
Ainsi, les dieux ressuscités semblaient attendre du Quadrium et de Baftis qu’ils soient en première ligne dans le conflit à venir. Et même si les pénitentes ne quitteraient pas Blancheplumes, Elamdiel promit aux aventuriers que les dieux ne les laisseraient pas seuls. L’archange pénitente expliqua également qu’il suffisait que Caedric fasse confiance à Eryn pour que la fleur sacrée destinée à le guérir fasse son office, et qu’il n’y avait nul besoin d’un alchimiste pour accomplir cette tâche.

Après toutes ces révélations, le Quadrium Mirat quitta Blancheplumes. D’un commun accord, ils décidèrent de garder encore un temps secrète la vérité sur les dieux d’Averil, ainsi que sur la nature des soeurs de Blancheplumes, mais ils confièrent au prince Athelstan ce qu’ils avaient appris à propos de Jenova. Puis, ils s’en retournèrent au manoir et Shera aida Caedric à solliciter le pouvoir de la fleur sacrée d’Eryn. La santé fut rendue au vieux mage, qui s’engagea à rejoindre rapidement Lohan et Kazin, dans l’espoir de souder enfin les seigneurs de la Marche Libre.

Avant de quitter le manoir, Caedric donna de l'argent à Shera pour racheter la maison d'un usurier nain de la capitale d'Ashrendal, dans laquelle se trouvait caché un téléporteur des Cinq de la Marche. La prétresse d'Eryn monta avec le prince Athelstan sur son hyppogriffe lorsqu'il quitta Blancheplumes pour rentrer chez lui. En fin de compte, Shera décida de laisser l'usurier résider dans la maison mais lui donna quand même l'argent, en lui demandant juste de ne pas poser de questions lorsque le Quadrium utiliserait le téléporteur. Puis, elle activa ce dernier et retourna auprès de ses compagnons à Gannaway.

(La bénédiction des dieux promise par Elamdiel s’est concrétisée par un don de 10.000 XP, qui a propulsé les PJ au niveau 6 en fin de séance)